Colloque « Des livres aux scénarios. Approches interdisciplinaires des archives du cinéma français (1930-1960) », 10-11 octobre 2016

Image : Jean Aurenche et Pierre Bost. Lien : colloque « Des livres aux scénarios. Approches interdisciplinaires des archives du cinéma français (1930-1960) ».

Le scénario, envisagé dans ses états et variantes comme un « genre » spécifique, se dérobe souvent, en raison de son statut transitoire et de sa subordination au film, à une analyse documentée.

Le projet « Discours du scénario » soutenu par le Fonds national de la recherche scientifique et dirigé par les professeurs Alain Boillat et Gilles Philippe de l’UNIL vise précisément, à partir d’une exploitation du fonds Claude Autant-Lara de la Cinémathèque suisse, à développer une réflexion inédite sur l’adaptation de textes littéraires en pensant le scénario dans sa dimension génétique, historique et linguistique.

Organisé dans le cadre de ce projet, le colloque international « Des livres aux scénarios » qui se tient à la Faculté des lettres de l’UNIL les 10 et 11 octobre entend ouvrir cette réflexion aux pratiques scénaristiques dans le cinéma parlant français d’avant 1960.

A l’occasion de ce colloque, Journal d’un curé de campagne de Robert Bresson est projeté le lundi 10 octobre à 21h, au Cinématographe. Long métrage fréquemment loué par la critique dans le contexte des réflexions des années 1950 sur l’adaptation d’œuvres littéraires, notamment en raison de sa fidélité étonnante au texte-source de l’écrivain Georges Bernanos. La projection du film est précédée d’un apéritif dînatoire et d’une conférence (à 19h30 au Salon bleu) de Gilles Philippe et Vincent Verselle consacrée au scénario adapté du roman de Bernanos par le célèbre duo Jean Aurenche et Pierre Bost, scénario finalement refusé par l’écrivain et resté à l’état de projet « littéraire ».

Intervenants : Antoine de Baecque ; Alain Boillat ; Mireille Brangé ; Delphine Chedaleux ; Nadja Cohen ; Laure Cordonier ; Charles-Antoine Courcoux ; Adrien Gaillard ; Jean-Louis Jeannelle ; Myriam Juan ; Sarah Leahy ; Laurent Le Forestier ; Pierre Mathieu ; Gilles Philippe ; Vincent Verselle.

Le colloque aura lieu le lundi 10 et le mardi 11 octobre.

Modification du programme : en raison de l’annulation de la communication d’Antoine de Baecque, la communication d’Alain Boillat aura lieu à 14h30 et la table ronde à 16h.

Programme : Télécharger.

Extrait du bulletin de la Cinémathèque suisse : Télécharger.

Référence : Colloque « Des livres aux scénarios. Approches interdisciplinaires des archives du cinéma français (1930-1960) », sous la direction d’Alain Boillat et de Gilles Philippe, UNIL, Cinémathèque suisse, Lausanne, 10-11 octobre 2016.

Publication d’un article d’Adrien Gaillard et Julien Meyer dans la revue Genesis : « Jean Aurenche, Pierre Bost et Claude Autant-Lara, auteurs de Douce. Genèse d’une pratique scénaristique »

Couverture de Genesis 41

La revue Genesis. Manuscrits – Recherche – Invention dédiée à la critique génétique des textes vient de publier, dans son numéro consacré à la thématique « Créer à plusieurs mains », un article issu des recherches menées par Adrien Gaillard et Julien Meyer au sein du projet de recherche FNS « Discours du scénario : étude historique et génétique des adaptations cinématographiques de Stendhal » (voir la section du projet sur ce site) dirigé par Alain Boillat, Gilles Philippe et Vincent Verselle. Le numéro met également en avant le fonds Claude Autant-Lara de la Cinémathèque suisse sur lequel s’appuie cet article, en prenant pour illustration de couverture un feuillet de découpage dactylographié qui fait apparaître la dimension collaborative de l’écriture scénaristique des films d’Autant-Lara.

Résumé de l’article : À la lumière des archives du fonds Claude Autant-Lara déposé à la Cinémathèque suisse, cet article aborde la naissance d’une collaboration entre le réalisateur et le tandem de scénaristes Jean Aurenche et Pierre Bost, à travers la genèse scénaristique du film Douce (1942-1943). Les discours de réception désignent habituellement « Aurenchébost » comme s’il s’agissait d’un auteur unique avec une méthode de création. Il convient de reconsidérer leur travail dans l’historicité et la contingence des pratiques d’écriture. À ce titre, les documents scénaristiques procèdent à la fois d’une dimension processuelle – un texte en devenir – et d’une dimension interlocutive – le fruit d’une activité concertée. Cette dernière implique, entre autres, un jeu de formatage et de pagination dans la rédaction de la continuité dialoguée et du découpage technique. Enfin, la scénarisation ne se limite pas à des tours d’écriture mais doit être également considérée en termes de rédactions conversationnelles, pratiques qui rappellent les limites de la notion d’auctorialité dans le cas des genèses à plusieurs.

Illustration : Couverture de la revue Genesis 41: Créer à plusieurs mains. Il s’agit d’un feuillet d’un découpage dactylographié de Douce (1943) qui témoigne de la complexité matérielle et virtuelle du travail de scénarisation à plusieurs. Le feuillet est raturé et annoté par Jean Aurenche et comporte des ajouts par collage d’une autre continuité dialoguée de la main de Pierre Bost, elle-même raturée et annotée par la main de Claude Autant-Lara. Ce document est conservé dans le fonds Claude Autant-Lara (CSL.5), 95/1 A4.1, Cinémathèque suisse. © Tous droits réservés/collection Cinémathèque suisse.

Référence : Adrien Gaillard et Julien Meyer, « Jean Aurenche, Pierre Bost et Claude Autant-Lara, auteurs de Douce. Genèse d’une pratique scénaristique », Genesis 41: Créer à plusieurs mains, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2015.

Voir aussi la page des Presses de l’université Paris-Sorbonne.