Soirée d’inauguration de la Collaboration UNIL + Cinémathèque suisse

Soirée d’inauguration de la Collaboration UNIL + Cinémathèque suisse
Depuis 2010, l’accord de partenariat entre l’UNIL et la Cinémathèque suisse a permis de développer les activités menées conjointement par les deux institutions, intensifiant une collaboration déjà ancienne entre chercheurs et archivistes. Le 24 mars 2015, la soirée de présentation publique de ces projets communs au Capitole a été l’occasion d’inaugurer officiellement la Collaboration UNIL + Cinémathèque suisse, en présence d’Anne-Catherine Lyon, Conseillère d’État du Canton de Vaud, de Dominique Arlettaz, Recteur de l’UNIL, et de Jean-Yves Pidoux, Conseiller municipal de la Ville de Lausanne. Cette présentation s’est achevée sur un vin d’honneur offert par la Ville et un buffet offert par l’UNIL et le Canton de Vaud, suivis de la projection de La Traversée de Paris (Claude Autant-Lara, 1956), dans la version restaurée par Gaumont.

La soirée s’est ouverte sur un mot de Frédéric Maire, directeur de la Cinémathèque suisse, et de Maria Tortajada, Prof. à la Section d’histoire et esthétique du cinéma, qui ont souligné la richesse des recherches entreprises grâce à la mise à disposition des archives de la Cinémathèque et au développement des échanges entre historiens et archivistes, avant de céder la parole aux personnalités invitées à inaugurer la Collaboration.

Puis, les chercheurs de la Section d’histoire et esthétique du cinéma ont exposé quatre projets élaborés dans le contexte de la Collaboration qui ont obtenu le soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique, ainsi qu’un cinquième projet financé par l’UNIL. La première recherche, sous la direction du Prof. François Albera, concerne l’histoire de la Cinémathèque elle-même, institution centrale dans le paysage culturel suisse, mais dont les origines et l’évolution restent à retracer comme le rôle qui a été le sien dans l’émergence du « nouveau cinéma suisse ». Dirigé par le Prof. Alain Boillat, le Prof. Gilles Philippe et Vincent Verselle, le deuxième projet adopte une perspective plus littéraire, en exploitant quant à lui le fonds Autant-Lara afin d’étudier l’écriture scénaristique des « adaptateurs » Aurenche et Bost. Alliant esthétique et histoire, la troisième recherche, sous la responsabilité de la Prof. Maria Tortajada, est consacrée à l’œuvre de Nag et Gisèle Ansorge, dont les films d’animation au sable sont connus, mais qui comporte aussi un corpus issu d’ateliers menés à l’hôpital psychiatrique de Cery. Le quatrième projet, dirigé par le Prof. Benoît Turquety, vise à articuler le développement des fameux appareils suisses de la marque Bolex avec l’histoire des pratiques de cinéma amateur qui leur sont associées. Enfin, une cinquième recherche, menée par le Premier assistant Stéphane Tralongo, questionne les points de convergence entre cinéma et automatisme à l’époque où la robotisation commençait à toucher tant les appareils domestiques que les machines industrielles.

Enfin, en deuxième partie de soirée, Frédéric Maire et Alain Boillat sont venus rappeler aux spectateurs les enjeux et les objectifs de la Collaboration avant la projection de La Traversée de Paris (Claude Autant-Lara, 1956). Choisi en raison de sa récente restauration par Gaumont, ce film a aussi été programmé pour évoquer la place des archives d’Autant-Lara dans les investigations actuellement menées par les chercheurs de la Collaboration. Laure Cordonier, doctorante FNS du projet « Discours du scénario : étude historique et génétique des adaptations cinématographiques de Stendhal », a introduit le film en revenant sur sa genèse, documents à l’appui.

Vidéos : © Richard Szotyori/Cinémathèque suisse.

Voir aussi le site de la Cinémathèque suisse.

Journée d’étude « Histoire des techniques cinématographiques : où en sommes-nous ? » (Cinémathèque française)

Cette année, le cycle de conférences du Conservatoire des techniques cinématographiques de la Cinémathèque française a débuté par une journée d’étude intitulée « Histoire des techniques cinématographiques : où en sommes-nous ? ». Pendant cette journée d’étude, André Gaudreault (Université de Montréal) a présenté au public du Conservatoire le projet TECHNÈS, dont font partie l’Université de Lausanne et la Cinémathèque suisse. Deux chercheurs de l’UNIL, Benoît Turquety et Stéphane Tralongo, ont en outre exposé les travaux qu’ils réalisent actuellement sur l’histoire des techniques dans le cadre de la collaboration avec la Cinémathèque suisse.

Journée d'étude « Histoire des techniques cinématographiques : où en sommes-nous ? » (Cinémathèque française).

Alors que le passage au numérique a favorisé une reconsidération de la dimension technique du cinéma, la Cinémathèque française a jugé qu’il était temps de dresser un état des lieux, mais aussi de mettre en lumière les travaux en cours sur l’histoire des techniques et les perspectives de recherche pour les années à venir. Il était important de revenir d’abord sur l’histoire des collections d’appareils – celles de la Cinémathèque française, présentée par Laurent Mannoni, puis celles du Musée des arts et métiers, du Musée Gaumont, de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé et de la Bibliothèque nationale de France –, tout en rendant compte des activités menées en faveur de leur enrichissement et de leur valorisation. La mise en ligne du catalogue des collections d’appareils de la Cinémathèque française sera l’une des prochaines actions marquantes pour le développement de la recherche sur les machines, leur conception et leurs usages.

L’autre volet de cette journée d’étude était plus particulièrement consacré à l’enseignement et à la recherche universitaires en matière d’histoire des techniques du cinéma. Dans le cadre du partenariat international TECHNÈS, regroupant des institutions suisses, françaises et québécoises autour de la question des techniques cinématographiques, André Gaudreault a annoncé le projet ambitieux d’une Encyclopédie raisonnée des techniques du cinéma accessible via Internet. Aux côtés de spécialistes de la question (Maurice Gianati, Jean-Baptiste Hennion, Kira Kitsopanidou, Sébastien Layerle et Priska Morrissey), des chercheurs de la Section d’histoire et esthétique du cinéma de l’UNIL, Benoît Turquety et Stéphane Tralongo, ont partagé les résultats de leur réflexion sur les appareils dans des communications intitulées « Pourquoi faire l’histoire des techniques en cinéma ? » et « La production Bolex. La “précision suisse” à l’épreuve de l’automaticité ».

Programme : télécharger.

Illustration : Popular Science, avril 1933 (© Collection privée).

Référence : journée d’étude « Histoire des techniques cinématographiques : où en sommes-nous ? », sous la direction de Laurent Mannoni, Cinémathèque française, Paris, 17 octobre 2014, 10h-18h.

Voir aussi la page de la Cinémathèque française.

Colloque « Les années 1964 : 50 ans après l’Expo »

COLLOQUE_EXPO64

Il y a cinquante ans, Lausanne accueillait la cinquième exposition nationale. Ses répercussions ont largement dépassé le temps court de l’événement et le seul périmètre lausannois. Le colloque interdisciplinaire « Les années 1964 : 50 ans après l’Expo », organisé par Olivier Lugon et François Vallotton, reviendra sur cette manifestation du 3 au 5 juin à l’Université de Lausanne. La Cinémathèque suisse s’associe à l’événement avec une soirée de projection à la salle Paderewski le mercredi 4 juin.

Le colloque cherchera à cerner l’impact de l’Expo 64, que ce soit sur l’urbanisme et les paysages, l’art et l’architecture, la politique et l’économie, le cinéma et les médias. Il fera dialoguer des représentants de disciplines variées et de plusieurs régions du pays. Ils envisageront l’objet exposition non comme un simple « miroir » de la nation mais comme un agent de transformation culturelle, sociale et médiatique, et comme un moment d’interaction dynamique de milieux et d’intérêts très divers.

Dans le cadre du colloque, la Cinémathèque suisse projettera une sélection de films réalisés à l’occasion de l’Expo 64. Le programme comprendra un numéro spécial du Ciné-Journal suisse consacré à l’inauguration, un reportage de télévision, un film inédit du photographe zurichois Ernst Scheidegger, ainsi que les cinq courts métrages d’Henry Brandt réalisés à la demande des organisateurs de l’Expo 64. Daniel Brélaz, syndic de la Ville de Lausanne, et Pierre-Yves Maillard, conseiller d’État, livreront aussi un regard personnel sur l’Expo 64 et son héritage. La soirée permettra également de vernir le coffret DVD édité pour l’occasion par la Cinémathèque suisse et la Radio Télévision Suisse.

Programme : télécharger.

Illustration : publicité Zeiss-Ikon pour le Circarama, s.d. (© Tous droits réservés/collection Cinémathèque suisse).

Référence : colloque « Les années 1964 : 50 ans après l’Expo », sous la direction d’Olivier Lugon et François Vallotton, Université de Lausanne, Lausanne, 3-5 juin 2014.

Voir aussi la page du Centre des sciences historiques de la culture.

Journée d’étude « Nag et Gisèle Ansorge »

Ces dernières années, le cinéaste vaudois Nag Ansorge, qui s’est éteint le 26 décembre, avait confié ses films et une importante documentation à la Cinémathèque suisse. Ces documents, qui sont en cours d’inventaire et de restauration, constituent un fonds exceptionnel rendant compte d’une carrière particulièrement riche. Maria Tortajada et Pierre-Emmanuel Jaques organisent le mercredi 14 mai une journée d’étude consacrée à l’œuvre de Nag et Gisèle Ansorge qui sera l’occasion de présenter les nouvelles recherches menées dans ce fonds.

Outre les« Sabbat », Nag et Gisèle Ansorge, Suisse, 1991. films d’animation au sable, réalisés avec son épouse Gisèle, ce sont des films de commande, des actualités, des documentaires que Nag a tournés, montés ou produits, de la fin des années 1950 jusqu’au milieu des années 2000. Un ensemble de titres réalisés dans le cadre d’une collaboration avec l’hôpital psychiatrique de Cery forment un corpus tout à fait extraordinaire, conjuguant portraits et films réalisés avec des patients. Aussi, dans le cadre de la collaboration qui unit les forces de la Cinémathèque suisse à celles de l’Université de Lausanne, il est apparu particulièrement opportun d’initier un programme de recherche portant sur Nag et Gisèle Ansorge. Il prend aujourd’hui la forme d’une journée d’étude combinant conférences et projections de films.

Cette journée d’étude s’articulera autour de deux axes principaux : d’une part, les « formes, techniques et institutions de l’animation » sur lesquelles porteront les communications de Benoît Turquéty, Suzanne Buchan, Jennifer Darricau, après l’ouverture de Maria Tortajada (9h00) ; d’autre part, le rapport entre « cinéma et psychiatrie » qui occupera les interventions de l’après-midi , réunissant Jacques Gasser, Vincent Barras, Florence Choquard, Annick Urfer et Pierre-Emmanuel Jaques (dès 14h00). Des projections alimenteront les analyses proposées avec, principalement, des films tournés à Cery. Enfin, à 18h30, une séance de projection spéciale « Ansorge » aura lieu au Cinématographe.

Programme : télécharger.

Illustration : Sabbat, Nag et Gisèle Ansorge, Suisse, 1991 (© Tous droits réservés/collection Cinémathèque suisse).

Référence : journée d’étude « Nag et Gisèle Ansorge », sous la direction de Maria Tortajada et Pierre-Emmanuel Jaques, Cinémathèque suisse, Lausanne, 14 mai 2014, 9h-20h.

Voir aussi la page de la Section d’histoire et esthétique du cinéma.