Emmanuelle Kleinlogel

Première assistante (HEC / OB)
Lauréate de la décharge Tremplin (2018)

« Le but de ma recherche est de mieux comprendre les facteurs favorisant les comportements non-éthiques, tels que les comportements discriminatoires, de triche ou encore les comportements malveillants envers d’autres individus. »

 

En quelques mots, en quoi consistent vos recherches à l’UNIL?

Ma recherche comporte deux axes principaux. Le premier axe de ma recherche s’articule autour de l’étude des comportements non-éthiques. J’étudie notamment les mécanismes cognitifs amenant les individus à s’engager dans des comportements non-éthiques, et comment ces mécanismes interagissent avec les situations dans lesquelles les individus se trouvent. Je m’intéresse également au profil de personnalité amenant les individus à se comporter de manière non-éthique. Le but de ma recherche est de mieux comprendre les facteurs favorisant les comportements non-éthiques, tels que les comportements discriminatoires, de triche ou encore les comportements malveillants envers d’autres individus. Je travaille actuellement sur plusieurs projets de recherche en collaboration avec des chercheur·euse·s de l’Université de Lausanne, mais aussi de l’Université de Zurich et de Boston.

Le deuxième axe de ma recherche vise à étudier les facteurs permettant aux individus d’améliorer leurs compétences en communication interpersonnelle et leurs compétences en communication lors de la prise de parole en public. Ces projets sont réalisés sous la direction de la Prof. Marianne Schmid Mast. Par exemple, dans le cadre d’un de ces projets, nous utilisons la technologie de la réalité virtuelle immersive et créons des sosies virtuels afin de tester si le fait pour les participant·e·s de voir leur propre sosie donner un bon discours en public leur permet d’améliorer leurs compétences en communication par rapport aux participant·e·s confronté·e·s à la présentation d’un·e avatar inconnu·e. Le but de cette recherche est d’étudier les mécanismes d’apprentissage chez les individus, et en particulier de tester si les technologies modernes, telles que la réalité virtuelle, peuvent contribuer à un meilleur apprentissage par rapport aux techniques plus traditionnelles.

Que comptez-vous réaliser durant la période de décharge « Tremplin »?

L’obtention de la décharge « Tremplin » est une réelle opportunité pour moi de me focaliser sur ma recherche ce semestre de printemps 2019. L’organisation de cette période s’articule autour de trois axes principaux. Un premier axe concerne la publication de mes travaux de recherche qui sont à un stade avancé. Je souhaite finaliser la rédaction de mes manuscrits et les soumettre à des journaux scientifiques en vue de les publier. Le deuxième axe concerne différents projets de recherche qui sont à un stade intermédiaire. Mon but est de finaliser l’analyse des données collectées et de commencer la rédaction des manuscrits. Le troisième axe concerne le développement et la mise en place de nouveaux projets de recherche.