Tabernouche que le temps passe vite quand on s’amuse !

Tabernouche que le temps passe vite quand on s’amuse !

Ostiiii d’criss que j’aime le Québec ! Je me suis dit que j’allais profiter pour vous faire un petit topo de ma vie ici. Déjà j’avais pas mis de photo de Trois-Rivières (TR pour les intimes), sorry. Bon mais c’est pas tout ça mais faut que je donne une excuse valable pour ne pas avoir écrit… HELP ANYONE ? Non, en fait ma vie est tellement remplie que je peine à trouver du temps pour écrire ici (oui pas modeste la fille). Enfin bref ! Tiens par exemple je ne compte plus le nombre de fois ou je suis allée à Montréal qui est quand même LA ville du Québec (qu’on se le dise). Je n’ai pas encore visité la capitale (honte à moi) mais j’ai profité du week-end passé pour faire un petit tour à Toronto avec des amis étudiants en échange.

Oh et j’ai vu les chutes du Niagara ! Vous connaissez la légende ? Le mot vient de l’iroquois « Onguiaahra ». On raconte qu’une jeune fille mariée à un indien qu’elle n’aimait pas, s’est enlevée la vie en se jetant en canoë du haut de la chute dite du fer à cheval. Les fils du Dieu du Tonnerre l’aurait recueillie et depuis elle veillerait sur les chutes en sentinelle. Si ce n’est pas digne d’un conte de fée…

Lire la suite

Bilan trimestrielle – ** 3 mois?! **

Bilan trimestrielle – ** 3 mois?! **

Quelqu’un a dit que ça passait vite? Il ne reste juste que 2 semaines avant la fin de mon 1er semestre à Montréal mais sinon il n’y a pas le feu au lac.

Première chose donc: je conseille définitivement de partir une année! Je dirais peut-être pas ça à la fin de l’hiver, mais j’ai rien vu passé et ai à peine compris le système de bus, donc je suis vraiment contente de ne pas devoir déjà bientôt repartir (et de pouvoir prendre le métro et non le bus pour aller à l’uni).

Ensuite, les débuts à Concordia ont été un peu violents (jamais lu autant en si peu de temps, env. 3h de lecture pour 1h de cours, on se croirait en lettres ;-)) et beaucoup de travaux à rendre durant le semestre, avec des examens de mi-semestre et des examens finaux. Mais en fait on s’y habitue, on arrive à trier ce qu’il faut lire ou ce qui n’est pas nécessaire et ça permet d’étaler le travail sur tout le semestre. En plus, beaucoup moins de surprises qu’à l’Unil concernant les examens, en tout cas pour les mid-terms. Si tu es allé aux cours et que tu as fait les rendus, une petite relecture et à priori t’es correc’. J’aime donc bien le système qui ne valorise que peu l’apprentissage par coeur mais pousse les étudiants à être constant dans leur travail. Lire la suite

OHHH CAANAADAAA – AOUT 2017

OHHH CAANAADAAA – AOUT 2017

C’est un peu tard, je sais on est en novembre, mais j’aimerais toutefois partager mon expérience des mois passés ici avec vous 😀

Avec mon chum (copain en québécois :P), on a décidé de profiter de ma session à Québec pour y passer nos vacances d’été. On a donc fixé le départ au premier Août. Oui je sais, c’est la fête nationale, et oui on n’est pas trop patriotes hahaha

Escale à Montréal et ici les problèmes ont commencé… On nous a interdit l’embarquement sur le prochain (mini) avion vers Québec, parce qu’ils nous avaient déplacé la réservation au jour d’après car ils avaient prévu que notre avion Genève-Montréal serait en retard…ce n’était pas le cas… fatigue, désespoir et colère en regardant notre avion que s’en allait. Heureusement au guichet Air Canada on a rencontré notre angel (on t’aime <3), elle a commencé à taper sur son clavier comme une folle pour faire l’impossible et BAM billets à la main: COUREZ ! On arrive bien à Québec le jour même, après avoir partagé le voyage avec une équipe de basket universitaire californienne (on a mis genre 15 minutes pour comprendre que ce n’était pas un hasard si tout le monde était habillé de la même façon et était super grand XD). Mais clairement, c’était trop facile d’avoir nos bagages easy easy. Oui, nos bagages ont été perdus. Bonjour tristesse… Rappelez-vous, vous devez écouter les conseils de mettre dans le bagage à main l’essentiel pour quelque jours…pas comme nous quoi… Bref, on est arrivés dans ma colloc dans le super quartier de Limoilou, mais on ne pouvait même pas prendre une douche.
On était bien stressés car on devait acheter une voiture et être à Boston genre 3 jours plus tard pour le super concert de Coldplay (un rêve, MA-GNI-FI-QUE !). Heureusement toute c’est bien passé, et le matin suivant on avait nos bagages et la mission voiture a commencé. En un après-midi, j’avais mon super char, Optimus Prime, et une assurance automobile, THIS IS AMERICA my dear. Lire la suite

Présentation de Sarah

Présentation de Sarah

Salut moi c’est Sarah, 23 ans, étudiante en bachelor de psychologie à l’unil, actuellement en échange au Canada.

Le Canada : ses grands espaces, ses forêts, ses lacs, ses rivières… Rivières ? Vous avez dit Rivières ? Mais c’est le nom d’une ville ça ! Enfin plutôt Trois-Rivières QC, la ville où j’ai choisi de faire mon échange. Mais c’est quoi pour un nom de ville ça «Trois-Rivières»?

L’origine du nom Trois-Rivières qui date de la fin du XVIème siècle, est due en fait à une illusion d’optique (merci Wiki). En fait, un certain navigateur qui n’avait apparement pas les yeux en face des trous, Sieur Dupont-Gravé, naviguait en direction de Montréal lorsqu’il aperçu un premier affluent du fleuve, puis une langue de terre et un deuxième affluent suivi une autre langue de terre. Il prit le troisième affluent pour une autre rivière. En bref, il s’est trompé, mais le nom est resté. Ce qui est plutôt chouette.

Et alors, c’est comment? Et bien c’est… différent ! Déjà l’accent… On en parle ou pas de cet accent ? C’est bien la première fois de ma vie qu’il m’arrive de ne pas comprendre quelqu’un qui parle la même langue que moi, si c’est pas fou ça ! Au début tu ris presque à chaque fois que quelqu’un ouvre sa bouche, et finalement… c’est toi qui prend leurs expressions, et ça c’est encore plus drôle. Ah et l’uni ! Faut bien qu’on en parle un petit peu sinon ça fait pas très sérieux sur un blog d’ETUDIANTS en échange. Ok ok, t’inquiète je vais en parler. Alors l’uni. Comment dire… C’est très, très, très américanisé. D’abord y’a une piscine sur le campus (avec un sauna !), une boîte de nuit (on devait vraiment parler que de choses sérieuses ?), une piste intérieure de course (jamais vu ça), le tutoiement est de mise (si si même avec les profs), et encore pleins d’autres choses qui me viennent pas maintenant mais qui vont me revenir… Enfin je l’espère.

Sur ce je vous laisse moi il faut que j’aille finir ma job, parce que oui, les examens c’est pas comme chez nous non plus, tabarnac!

La suite au prochain épisode!

 

Parce que l’on est bien mieux dehors

Parce que l’on est bien mieux dehors

Lundi dernier au Canada,c’était l’action de Grâce – une fête canadienne pour célébrer les bonnes récoltes et remercier pour le bonheur reçu pendant toute l’année qui a lieu le deuxième lundi d’octobre. C’est un peu l’équivalent du Thanksgiving américain si l’on veut – par conséquence, j’ai eu droit à un week-end prolongé.

Quoi de mieux pour faire une petite escapade à l’extérieure de Québec ? J’ai laissé tomber la typique dinde, la farce et la canneberge et j’en ai profité pour aller tester le canot-camping dans le sud de Québec avec le club d’activité en plein air « L’aval » !

Mais qu’est ce le canot-camping ? Aussi simple que son nom l’indique, tu pars avec tes affaires de camping dans un canot sur un lac ou une rivière et tu pagayes. 🙂 C’est full fun !

Mise à l’eau des canots à l’entrée du parc régional

Je suis donc partie, avec 10 autres courageux, samedi matin à 6 heures de Québec, direction le Parc Régional du poisson blanc. Après 5 heures de route, nous arrivons finalement au lac du poisson blanc. Le ventre pleins et les canots chargés, nous partons en direction de notre premier site de camping, une îles au milieu du lac, que l’on atteint après 2 heures de canot. Malgré un temps nuageux, nous sommes épargnés de la pluie, ce qui nous permet de faire un feu de camps et de manger des belles saucisses grillées ainsi que des guimauves (Miam) !

Vue du premier camping

 

Point de vue depuis une petite île

Le lendemain, une mini-tempête de pluie nous réveille le matin, et à ce moment là, c’est la panique pour moi : « Mais comment je vais pagayer avec ce vent ». Heureusement, le temps s’est calmé en fin de matinée et nous avons pu partir à la recherche de notre prochaine île, située à 9 km au sud. Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés sur d’autres îles afin de pouvoir admirer quelques points de vue. Puis, dans l’après midi, la météo nous a sourit et nous avons pu admirer un magnifique soleil entouré de ciel bleu. Ça nous a tellement mis de bonne humeur, que sur un coup de tête nous nous sommes baignés, un 8 octobre, dans l’eau gelée du lac du poisson blanc (Oui, c’était très froid!!). Comme-ci cela n’était déjà pas fou, ce soir-là, la nature nous a offert un magnifique couché de soleil, que nous avons pu admirer depuis notre campement.

Lire la suite