Le tchèque

Mes profs de tchèque: Svetlana et Anéta 🙂

Eeeeh oui, vivant à Prague il fallait bien faire un article sur cette (on va dire) chouette langue qu’ils parlent ici !

Tout d’abord, le tchèque comme le russe, fait partie des langues dites slaves, donc elles ont des racines communes (facile me direz-vous!) et bien non Jammy ! Le tchèque fait partie des langues slaves les plus difficiles à apprendre avec le polonais et c’est surtout dû à la prononciation ainsi qu’à la présence de mots reliés directement aux racines slaves (les mois de l’année par exemple, n’ont rien à voir avec les nôtres, contrairement en russe où on peut les reconnaitre sans en avoir jamais fait).

Exemple: leden = janvier, qui vient de led = glace / květen = mai, qui vient de květina = fleur. Chouette hein !

Mais les merveilles de la langue tchèque ne s’arrêtent pas là! Car oui, les tchèques ont une tendance à être allergique aux voyelles. C’est vrai quoi, pourquoi s’embarasser de voyelles alors qu’on peut avoir des mots composés uniquement de consonnes ?!

Voici la phrase que nos profs de tchèque s’amusent à nous faire prononcer : strč prst skrz krk! (tu peux toujours courir!)

Le tchèque fait donc partie de mon programme erasmus et il nous est donné par des profs adorables, qui se donnent la peine de partager leur langue de manière ludique et sympathique !

Bon après c’est sur, le russe ça aide beaucoup quand même. Et le tchèque est une très jolie langue à apprendre et surtout, ça permet de décrocher un sourire de la part des serveurs ou des gens aux guichets qui sont heureux de voir un étranger tenter de baragouiner leur langue, même si la conversation finit quand même en anglais 😉 c’est surtout le cas d’un barman tout bourru, qui au premier mot en tchèque sorti pour commander….une bière (oui quand même) s’est soudain transformé en adorable Teddy Bear ! C’est donc depuis toujours mon mantra de voyage: apprendre ne serait-ce que les petits mots ou phrases de base dans une langue, ça rend tout de suite les locaux beaucoup plus sympas 😉

Aléas et déboires_2 (parce que bien sûr, un seul n’était pas suffisant)

Ça faisait un moment depuis ma dernière publication…. ce n’est pas ma faute… syndrome de la page blanche !

Non je plaisante hihi. En fait devinez-quoi ? J’ai redéménagé !! Eh oui ! Et non ce n’est pas parce que je suis exigeante ou quoique ce soit, mes nouveaux colocs se sont avérés tout de suite moins sympa une fois dans l’appartement: entre me demander de payer plus de commission à l’agence qui nous a aidé simplement parce que j’ai une plus grande chambre (que j’ai gagnée au hasard, précisons. Et payer un plus grand loyer d’accord….la commission ça me paraissait totalement stupide mais bon, comme dirait mon coloc « c’est pas moi qui étudie les maths »), je me suis également retrouvée avec des gens dont la notion de propreté était bieeeeeeeeeeen différente de la mienne (je suis maniaque mais là c’était un point où j’allais manger dehors tellement y avait plus de vaisselle et que j’allais aux toilettes dans les centres commerciaux plutôt que chez moi…. imaginez !) Sans parler d’un accès de colère qui a coûté la vie à la porte vitrée de la cuisine.

Bref, après maintes nouvelles visites, j’ai enfin trouvé le St Graal des chambres, dans un appartement avec une dame d’une cinquantaine d’années, propre, moins cher et adorable. C’est donc après plus d’un mois et demi ici que je me suis enfin installée « définitivement » (pour le mois et demi qu’il me reste ici).

Un conseil, lorsque vous partez, soit vous mettez de côté pendant votre semestre votre notion de la propreté et acceptez de vivre dans une porcherie (et de manger dehors tous les jours), soit vous passez par des trucs locaux. Pour ceux qui voudraient tenter Prague, attention aux commissions (souvent environ 60%) des agences !

 

Un peu de miaou-réconfort

Vous l’aurez compris, mes chats me manquent. C’est vrai quoi, ça calme les nerfs, c’est tout chou (et ça vous ignore la plupart du temps).

Okay, me faire snober par un chat me manque. Imaginez ma surprise et mon rayonnement lorsqu’en me baladant dans Prague je découvre…. un CAT CAFE ! Rayonnement d’autant plus grand lorsqu’en googlant « cat café in Prague » je ne tombe pas sur un mais quatre cafés à chats dans une ville !

Ni plus ni moins, il me fallait tester ça ! C’est donc accompagnée de mes amis Cat-Lovers que nous partons tester deux cat-cafés par une temps ensoleillé mais froidement venteux. Lire la suite

Une SDF provisoire + rencontres

Vous vous dites certainement qu’un Erasmus c’est génial, on découvre une nouvelle ville, rencontre plein d’étudiants. Vous avez raison sur ce point-là c’est sur. Mais un erasmus peut aussi se révéler problématique en matière de logement. Car oui, bien sûr, je suis partie en sachant où j’allais dormir, ayant pris la chambre d’une fille qui partait elle aussi en erasmus… parfait me direz-vous ??

Et bah non. Désillusion.

La chambre, bien que grande et spacieuse se révèle être le lien entre le reste de l’appartement et la salle de bain, ainsi qu’entre la chambre d’une des coloc et le reste de l’appartement. Bon okay, pour être franche je le savais mais j’en avais pas réalisé la portée. Pas d’intimité. Des colocs qui traversent à n’importe quelle heure et qui parlent super fort comme si j’existais pas. Pas de rideaux ni de volets et un lit en plein sous la fenêtre. Autant dire qu’en 4 jours, je n’ai pas beaucoup dormi et j’ai donc décidé de déménager et me voilà m’installant dans un airbnb pour quelques jours, le temps de trouver une chambre. Ça tombe bien, des chambres j’en visite deux cet après-midi. Croisons les doigts !

Lire la suite

Aléas et déboires_ 1 (certainement qu’il y en aura d’autres)

Mon magnifique bâtiment des Lettres, avec vue directement sur la vieille ville de l’autre côté de la Vlatva.
Miam !
(Oui les Tchèques ont tendance à mettre de la crème chantilly un peu partout)

Et me voilà à Prague depuis déjà 3 jours ! 3 jours durant lesquels j’au dû courir d’un côté à l’autre de la ville.

Voici une liste de mes fantastiques aventures administratives et de découverte:

  • patienter 3h pour avoir la carte d’étudiant qui nous permet de bénéficier du rabais étudiant sur les transports publics et ensuite réaliser qu’elle n’est pas active et donc…. rentrer à pied.
  • manger dans un restaurant et réaliser une fois dedans, que j’ai réussi à confondre les mots « interdit » et « permis » en tchèque et qu’ils existent donc encore des restaurants où il est permis de fumer
  • manger une goulash dans une ambiance nicotinée
  • s’inscrire aux cours et réaliser que la moitié des cours de russe n’existent pas dans le système (bah oui, c’est pas drôle sinon).
  • vouloir ouvrir un compte en banque, chose possible seulement avec mon passeport (et pas ma carte d’identité). Dommage, mon passeport est en Suisse.
  • Finalement acheter un abonnement de bus pour 3 mois et réaliser que c’est l’équivalent en Suisse d’un billet Lausanne-Genève aller simple, prix plein.