Garrett J. Hardin et la tragédie des biens communs

Garrett James Hardin, né le 21 avril 1915 à Dallas, et mort le 14 septembre 2003 à Santa Barbara en Californie, est essentiellement connu pour sa publication de 1968 intitulée « The Tragedy of the Commons » (ou Tragédie des biens communs). Biologiste de profession, il reste une figure importante de l’histoire des théories et des concepts économiques contemporains. Il met en évidence la compétition qui se met en place à partir du moment où des ressources naturelles limitées en quantité sont placées dans un terrain « commun ». Cette compétition sur le domaine commun mène à la destruction des ressources communes à plus ou moins court-terme. Lire la suite

La nouvelle économie institutionnelle

« The new institutional economics » (ou nouvelle économie institutionnelle ou encore néo-institutionnalisme) est un terme regroupant plusieurs courants de pensée liés au regain d’intérêt des années 1970 pour l’économie institutionnelle. Cette dernière tente de comprendre comment l’économie peut être influencée par les institutions en place ou par de nouvelles institutions. Lire la suite

Le néo-marxisme

Le néo-marxisme est un terme générique appliqué à beaucoup d’approches théoriques réutilisant des termes et des concepts du marxisme tout en y incorporant et en y rajoutant des éléments théoriques d’autres théories, telles que la psychanalyse par exemple. Lire la suite

Le marxisme

Le marxisme qui nous intéresse ici résulte de l’incorporation des thèses économiques et sociales de Karl Marx à une méthode d’analyse des sciences humaines, sociales et économiques. Cette méthode vise la description d’une société à travers des concepts de Marx tels que « mode de production », « lutte des classes », « capitalisme », « superstructure », etc. Lire la suite

Politiques de développement: quel rôle pour l’Etat? *

Sujet: rôle de l’Etat pour les actions et les politiques de développement

Les théories sur les politiques et les actions de développement n’ont pas toujours attribué la même importance aux actions de l’Etat. Peu considérées par le laissez-faire des économistes classiques, puis remises au goût du jour par les keynésiens et par les partisans des Etats développementistes, les actions de l’Etat ont connu des succès variables.

De nos jours, plusieurs opinions s’affrontent, créant une palette de nuances entre l’opposition farouche des néoclassiques et des néolibéraux et le soutien des institutionnalistes.

Questions de recherche

  • Comment les rôles de l’Etat et des politiques étatiques ont-ils été conceptualisés par les diverses théories du développement?
  • Quelles conceptualisations de l’Etat sont prédominantes aujourd’hui?
  • Quelles sont les caractéristiques des actions de l’Etat telles qu’elles sont promues aujourd’hui dans le domaine du développement international?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur l’Etat développementiste
La fiche sur l’école néoclassique
La fiche sur l’Etat en faillite

Les savoirs locaux et leurs relations avec les pratiques de développement *

Sujet: rôle des savoirs locaux pour le développement et intéractions avec les politiques de développement

Historiquement, les politiques de développement n’ont pas toujours pris en compte l’existence de savoirs locaux. En effet, jusque dans les années 1980, certaines approches ont eu tendance à prôner des politiques uniques, déduites à partir de modèles uniformisés du comportement et des sociétés humaines.

Depuis le début des années 1990, des approches participatives et bottom-up ont vu le jour. Mettant l’accent sur les savoirs et les pratiques locaux, ils les ont valorisés et ont souvent rendu les actions de développement plus efficaces.

Questions de recherche

  • Comment expliquer le changement d’attitude envers les savoirs locaux survenu à la fin des années 1980?
  • Quels sont les domaines dans lesquels une nouvelle approche a été adoptée?
  • Quels sont les avantages d’une approche de développement centrée sur les savoirs et les besoins des populations locales? Quels en sont les inconvénients?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le post-colonialisme
La fiche sur le relativisme
La fiche sur E. F. Schumacher
La fiche sur Michel Foucault
La fiche sur Edward Said
Mercer, J., Kelman, I., Taranis, L., & Suchet-Pearson, S. (2010). Framework for integrating indigenous and scientific knowledge for disaster risk reduction. Disasters, 34(1), 214–239. doi:10.1111/j.1467-7717.2009.01126.x
Sillitoe, P., & Marzano, M. (2009). Future of indigenous knowledge research in development. Futures, 41(1), 13–23. doi:10.1016/j.futures.2008.07.004

Les OGM: panacée ou désastre pour les pays en développement? *

Sujet: les potentialités des OGM pour les pays en développement

Depuis la Révolution Verte, qui a été longuement débattue parmi les chercheurs en études du développement, de nombreuses innovations sont apparues dans le domaine de l’argiculture, parmi lesquelles on trouve les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).

Des points de vue contrastés s’opposent au sujet des OGM. Certains soutiennent que, vus leurs rendements très élevés et leur résistance accrue, ils pourraient constituer le remède-miracle contre la faim dans le monde. D’autres, au contraire, sont convaincus que les OGM ne font qu’empirer les choses: créés grâce à la technologie occidentale, ils seraient très énergivores et ils rendraient les paysans du Sud dépendants des entreprises du Nord pour les sémences, les engrais, les pesticides etc.

Questions de recherche

  • Quelles sont les positions dominantes dans le débat contemporain sur les OGM et le développement?
  • Peut-on appréhender les OGM de manière univoque? Pourquoi?
  • Est-il réaliste de penser que les OGM représentent un mal absolu ou une solution miraculeuse? Pourquoi?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le constructivisme
La fiche sur le malthusianisme
La fiche sur le post-colonialisme
La fiche sur E. F. Schumacher
Chaklatti-Rousseliere, S. (2010). L’impact des biotechnologies agricoles dans les pays en développement -Etude de cas sur le coton Bt. FACEF Pesquisa – Desenvolvimento e Gestão, 9(1). Consulté à l’adresse http://periodicos.unifacef.com.br/index.php/facefpesquisa/article/download/68/134
Houdebine, L.-M. (2006). Plantes génétiquement modifiées (PGM) et pays en développement. Cahiers Agricultures, 15(2), 227–231. Retrieved from http://www.jle.com/fr/revues/agro_biotech/agr/e-docs/00/04/17/4F/article.phtml

Le réalisme critique

Le réalisme critique est un courant provenant de la philosophie des sciences, développé par Roy Bhaskar dans les années 1970. Il se positionne à la fois contre le positivisme et contre les approches postmodernes. Au cours des années 1980, cette approche est de plus en plus mobilisée dans les sciences sociales, notamment dans les sciences de l’organisation. Lire la suite

Le post-modernisme

Le postmodernisme est un mouvement qui apparaît dans les années ’70 dans les arts et s’étend à d’autres disciplines dont les sciences sociales. Il remet en cause le positivisme, la recherche de lois universelles et de « la » vérité, au profit d’une approche prennant en compte la diversité de points de vue, le fait qu’il n’y a pas qu’une vérité, et la prise en compte de la parole des minorités. Lire la suite

Le constructivisme

En sciences sociales, il est courant de trouver des travaux proposant d’étudier la construction sociale de tel ou tel phénomène. Le courant de recherche du constructivisme est né au 20e siècle des travaux de Berger et Luckmann. Il consiste en l’étude de phénomènes sociaux qui à-priori semblent naturels et allant de soi, et propose d’en faire la genèse, de montrer qu’ils sont construits, contingents, et historiquements situés. Ne niant pas que la réalité existe, cette posture se propose par exemple d’étudier la manière dont ont été formées des catégories sociales, plutôt que leurs caractéristiques intrinsèques. Lire la suite

Ernst Friedrich Schumacher

E.F. Schumacher est un économiste allemand et britannique qui a publié « Small is Beautiful« , un ouvrage majeur de l’économie alternative dans les années 1970. Il y propose une critique des mode de production industriel caractérisant l’Occident, et plaide en faveur d’une économie à échelle humaine, notamment basée sur les valeurs du bouddhisme et respectueuse de l’environnement. Lire la suite

Joseph Schumpeter, les cycles économiques et les innovations technologiques

Joseph Aloïs Schumpeter, économiste et historien de l’économie, nait le 8 février 1883 à Triesch, en Moravie (partie de l’ancien empire austro-hongrois). Il meurt le 8 janvier 1950 à Taconic dans le Connecticut aux États-Unis, suite à une hémorragie cérébrale. Il est connu pour avoir été un des fondateurs d’un certain évolutionnisme économique, ses théories étant basées essentiellement sur les innovations technologiques. Lire la suite

Chine et Brésil: des Etats développementistes? *

Sujet: la théorie de l’Etat développemental et les cas de la Chine et du Brésil

La théorie de l’Etat développementiste a souvent été employée pour appréhender l’action étatique dans des contextes de développement, surtout en Asie de l’est et du sud-est. Plusieurs caractéristiques de l’Etat développementiste ont été mises en avant par les chercheurs, comme une forte intervention dans l’économie ou un manque de droits civiques.
Aujourd’hui, certains Etats de pays en développement pourraient être qualifiés de développementistes, comme par exemple la Chine et le Brésil. Faisant tous les deux partie des, BRICS, ces deux Etats connaissent une forte croissance mais leurs contextes économiques et politiques présentent des différences.

Questions de recherche

  • La théorie de l’Etat développementiste a encore une valeur heuristique pour l’analyse des Etats contemporains?
  • Peut-on appréhender les Etats contemporains en Chine en au Brésil à travers la théorie de l’Etat développementiste? Pourquoi?
  • Quels sont les points forts de la théorie pour ces cas d’étude? Quels sont ses points faibles?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur l’Etat développementiste
Arbix, G., Martin, S. B., & Center, G. L. S. (2010). Beyond developmentalism and market fundamentalism in Brazil: inclusionary state activism without statism. In Workshop on States, Development and Global Governance, University of Wisconsin Madison March. Consulté à l’adresse http://law.wisc.edu/gls/documents/paper_arbix.pdf
Hochstetler, K., & Montero, A. P. (0). The Renewed Developmental State: The National Development Bank and the Brazil Model. Journal of Development Studies, 0(0), 1–16. doi:10.1080/00220388.2013.807503
Zhao, S. (2010). The China Model: can it replace the Western model of modernization? Journal of Contemporary China, 19(65), 419–436. doi:10.1080/10670561003666061

L’Etat développementiste

Certains Etats sont dits développementistes. Dans ces pays, l’Etat est interventionniste et nationaliste: il mène des politiques de développement en incitant les entreprises à agir d’une certaine manière et dans un objectif de développement de la nation. Souvent, ces Etats se caractérisent par leur autoritarisme et par une élite bureaucratique proche du pouvoir et très influente. Il s’agit d’une forme d’Etat adoptée par plusieurs pays d’Asie depuis les années 1970. Lire la suite

Corruption et développement *

Sujet: les liens existant entre corruption et développement et la manière de les appréhender

La corruption a souvent été indiquée comme un élément ayant un grand impact sur le développement en général, et sur la réussite ou l’échec des projets de développement en particulier. Pour cela, elle fait souvent l’objet de mesures préventives ou de sanctions spécifiques
Les problèmes de corruption ont été abordés et compris de manière très variée dans les différentes courants théoriques du développement. Par exemple, on a pu la voir comme le fruit d’un calcul des individus (théorie des choix publics), comme un élément culturellement ou socialement significatif dans certains contextes (relativisme) ou encore comme un frein à l’expansion du libre marché (école néoclassique).

Questions de recherche

  • Quels sont les impacts (potentiels) de la corruption sur le développement et sur les projets de développement?
  • Comment la corruption a-t-elle été abordée par les différentes théories du développement? Quels sont les points forts et les limites de ces théories?
  • Comment la corruption a-t-elle été intégrée ou combattue dans l’histoire des projets de développement? Avec quels résultats?
  • Quelle est votre vision des relations entre la corruption et le développement?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le relativisme
Heymans, C., & Lipietz, B. (2011). Corruption and Development: Some Perspectives. Institute for Security Studies (ISS). Consulté à l’adresse http://dspace.cigilibrary.org/jspui/handle/123456789/31621