Workshop

Le principe de Paracelsus remis en question: la dose fait-elle vraiment le poison?

La présence de milliers de substances chimiques dans notre environnement n’est plus à démontrer. Près de 70 tonnes de médicaments et pesticides sont par exemple détectables dans le Léman. Les effets délétères de certaines de ces substances sur le vivant ont déjà été démontrés. L’impact à long terme d’une exposition continue des populations humaines et de l’environnment au mélange des ces molécules est quant à lui inconnu.
Le but de ce workshop est de discuter les risques que posent les substances chimiques pesticides et les pertubateurs endocriniens pour l’homme et l’environnement.

En particulier, est-ce que le principe de Paracelsus est toujours valable? Comment diminuer l’impact de ces substances? Est-ce que le principe de précaution peut s’appliquer à cette problématique?

Voici certaines questions qui vont être abordées en présence de un invité de renom:
John Peterson Myers, responsable de Environment Health News ayant co-écrit « Our Stolen Future »

Cet invité est en Suisse pour la création de PAN Switzerland.

Le workshop se déroulera en trois étapes:

  1. une présentation de sur les substances à effets endocriniens et sur les pesticides (30mn)
  2. trois ateliers de 30 mn autour de 1) la question des pesticides, de leurs effets et de leur utilisation 2) la question des substances à effets endocriniens 3) l’application du principe de précaution. Chaque atelier sera mené par un modérateur: 1) Silwan Daouk, 2) Nathalie Chèvre, 3) Maximilien Stauber
  3. une synthèse commune

Date: 10 octobre 2013

Horaire: 16 – 17h30.

Salle: Bâtiment Géopolis, Université de Lausanne, Salle 1620.
Inscription obligatoire jusqu’au 4 octobre auprès de nathalie.chevre[at]unil.ch

Ce workshop sera suivi à 18h par une conférence de John Peterson Myers

Biographies:

John Peterson Myers

En 1996, le Dr. John Peterson Myers publiait Our Stolen Future, en collaboration avec Theo Colborn et Dianne Dumanoski, un best-seller précurseur sur le domaine des perturbateurs endocriniens. Aujourd’hui, presque 20 après cet ouvrage, le Dr. Myers discutera des principales découvertes en matière de substances à effet hormonal, des possibilités qu’offre la chimie verte afin de créer des produits sains et durables, et de comment les compagnies qui les fabriquent peuvent réorienter leur production dans l’intérêt des consommateurs.

Silwan Daouk

Géochimiste des eaux et des sols, Silwan Daouk s’intéresse aux devenir des polluants dans l’environnement. Durant sa formation en géosciences et environnement à l’Université de Lausanne, il s’est intéressé à la caractérisation de la matière organique des sols (humus) à l’aide de techniques spectroscopiques. Ensuite, il a réalisé au sein de cette institution une thèse de doctorat sur le devenir des herbicides dans le sol et la pollution des eaux de surface qu’ils engendrent. Depuis septembre 2013, il travaille en qualité de chimiste aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) pour évaluer la contamination en résidus de médicaments de leurs eaux usées.

Maximilien Stauber

Doctorant en droit à l’Université de Lausanne, Maximilien Stauber rédige actuellement une thèse sur la réglementation agricole. Ses recherches portent sur la sécurité alimentaire à long terme ; en particulier sur les moyens juridiques d’instituer des politiques pérennes en matière de gestion des sols et de biodiversité cultivée.

Nathalie Chèvre

Nathalie Chèvre est écotoxicologue, chercheuse à l ‘Université de Lausanne. Son domaine de recherche porte sur le risque des mélanges de substances chimiques sur l’environnement. Nathalie Chèvre a une formation d’ingénieure en environnement de l’EPFL . Elle a poursuivi par une thèse en écotoxicologie, puis par un post-doctorat à Montréal, au sein d’Environnement Canada. Après 5 ans à l’Eawag (Institut suisse de recherche dans le domaine de l’eau) à Zürich, elle travaille à l’Université de Lausanne depuis 2006. Depuis 2008, Nathalie Chèvre coordonne le projet Fonds National Léman 21 sur la gestion durable des systèmes lacustres.