Archives de catégorie : Théâtre de Carouge (Genève)

Un conte de Noël

D’après Charles Dickens / Adaptation et mise en scène de Claude-Inga Barbey / Théâtre de Carouge / du 3 au 22 décembre 2019 / Plus d’infos

© Carole Parodi

Les critiques :

Noël avant l’heure

Par Judith Marchal
Un vent de fêtes commence déjà à souffler sur le Théâtre de Carouge, à Genève. C’est que la metteure en scène et comédienne Claude-Inga Barbey y présente Un conte de Noël, son dernier spectacle adapté du célèbre conte Christmas Carol de Charles Dickens… [suite]

Chant de Noël

Par Manon Lelièvre
Une mise en scène simple, efficace et agréable, qui s’inspire étroitement du conte de Dickens. Dans une atmosphère joyeuse, malgré quelques pesanteurs dans le jeu très expressif, l’histoire déjà cent fois racontée, mais jamais lassante, nous rappelle la joie de se retrouver en famille pendant Noël… [suite]

 

Je suis invisible !

D’après Le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare / Mise en scène de Dan Jemmett / Théâtre de Carouge / du 26 mars au 14 avril 2019 / Plus d’infos

© Sandra Korzekwa

Les critiques :

Resonger la féérie

Par Lucas Lauth
Le metteur en scène britannique Dan Jemmett, avec l’aide précieuse de la traductrice Meriam Korichi, propose une adaptation décalée et haute en couleurs du Songe d’une Nuit d’Été de William Shakespeare. Comme chez l’auteur, le langage est ici souple et poétique… [suite]

Fourmillement coloré

Par Ivan Garcia
Des mises en scène de Shakespeare, il y en a moult ces dernières saisons. Avec Je suis invisible !, le metteur en scène britannique Dan Jemmett livre une interprétation colorée du Songe d’une nuit d’été, qui transpose la fable dans un univers mêlant féérie, rêveries et mécanique, ce qui séduit petits et grands… [suite]

 

 

Le Misanthrope

Texte de Molière / Mise en scène d’Alain Françon / Théâtre de Carouge / du 9 janvier au 8 février 2019 / Plus d’infos

© Michel Corbou

Les critiques :

Des corps de cour

Par Sacha Toupance
Tout au long du spectacle, les chuchotements lointains des aristocrates curieux et fureteurs résonnent. C’est là l’objet que le spectacle se propose d’investiguer : le système de cour de l’époque moliéresque, ses intrigues et ses logiques internes… [suite]

Un peu de froideur humaine

Par Amina Gudzevic
L’air frais de l’hiver s’est engouffré dans le Théâtre de Carouge et atteint les rapports humains qui se jouent sur scène. Dans sa mise en scène du Misanthrope, A. Françon, qui compte plus de cent créations à son actif, porte une attention toute particulière au détail, instaurant une atmosphère minimaliste et glaciale… [suite]

 

Cold Blood

Cold Blood / Cinématographie de Jaco Von Dormael / Chorégraphie de Michelle Anne De Mey / Texte de Thomas Gunzig / du 9 janvier au 3 février 2018 / Théâtre de Carouge / Plus d’infos

© Julien Lambert

Les critiques :

Jeux de mains

Par Roberta Alberico
Après Kiss and Cry, Michelle Anne De Mey, Jaco Von Dormael et le collectif Kiss and Cry proposent un nouveau spectacle mêlant théâtre, performance, cinéma et nano-danse… [suite]

 

Feu la mère de Madame et Les Boulingrin

La première de Georges Feydeau ; la seconde de Georges Courteline / Mise en scène de Jean Liermier / Théâtre de Carouge / du 02 mai au 21 mai 2017 / Plus d’infos

© Théâtre de Carouge

Les critiques :

Tempétueux vaudeville

Par Thomas Cordova

Un appartement en flammes, un chien qui hurle, le vin qui gicle, des claques qui partent : voilà la tourmente conjugale dans laquelle nous emmènent ces deux créations de début de siècle reprises aujourd’hui par Jean Liermier… [suite]

 

 

 

 

 

Karamazov

D’après Les Frères Karamazov de Fédor Dostoïevski / mise en scène de Jean Bellorini / Théâtre de Carouge / du 1 au 13 novembre 2016 / Plus d’infos

© Victor Tonelli

© Victor Tonelli

Les critiques :

Médusés sur radeaux

Par Valmir Rexhepi

Le temps du roman fait place au temps du théâtre sans accroc, comme par magie. Fiodor et ces fils sont à la dérive ; vont-ils toucher terre ?… [suite]

 

La grenouille avait raison

De James Thierrée / Théâtre de Carouge / du 5 avril au 8 mai 2016 / plus d’infos

©Hughes Anhes

©Hughes Anhes

Les critiques :

Fléchir

Par Valmir Rexhepi

James Thierrée, nous conduit jusqu’à l’ouverture, sous l’arbre. Personne n’est en retard. Personne n’est à l’heure non plus. Il n’y a plus de temps, si ce n’est celui, onirique, qui coule par plaisir, parfois par remous. Nous voilà tombés dans le trou. J’étais dans un rêve. Dans l’hémicycle aux sièges drapés de rouge, d’autres personnes prennent place. … [suite]

Une libellule sur un cerceau

Par Jehanne Denogent

Avez-vous déjà vu … une nymphe qui se transforme en otarie ? Une pile d’assiettes qui ne dégringole jamais ? Un paillasson rampant ou une fille dont le corps forme plus de mots que le dico ? Bientôt, oui ! Sans le remarquer, quelque part entre la porte d’entrée, le billet déchiré ou le moelleux du siège, je suis tombée dans un monde magique. … [suite]

La vie que je t’ai donnée

De Luigi Pirandello / mise en scène Jean Lermier / Théâtre de Carouge / du 26 janvier au 14 février / plus d’infos

©M.D. Curto

©M.D. Curto

Les critiques :

Entre vie et mort

Par Jonathan Hofer

Comment réagir face à la mort d’un fils ? Et s’il continuait à vivre à travers sa mère, s’il ne s’agissait, finalement, que d’un second don de vie ? Ou alors faut-il se laisser mourir avec lui ? « Se martyriser, se consoler, s’apaiser. Oui, c’est bien cela la mort ». Entre vie et mort, clarté et ténèbres, pleurs et rire, Jean Lermier donne à voir un spectacle construit dialectiquement. … [suite]

Shake

D’après La nuit des rois / de William Shakespeare / mise en scène Dan Jemmett / Théâtre de Carouge / du 27 octobre au 15 novembre / plus d’infos

©Mario del Curto

©Mario del Curto

Les critiques :

Une comédie qui secoue

Par Alice Moraz

C’est une pièce de Shakespeare complètement métamorphosée et bien loin des conventions du théâtre élisabéthain que présente la mise en scène de Dan Jemmett. Musique, danse et plaisanteries font de Shake une comédie débridée et remise au goût du jour. Viola aime Orsino qui aime Olivia qui est tombée amoureuse de Viola travestie en garçon… Cette chaîne amoureuse trouve une issue heureuse grâce au retour de Sébastien, le frère jumeau de Viola qui avait fait naufrage avec elle sur les côtes de l’Illyrie, et dont s’éprend Olivia, trompée par la ressemblance qu’il a avec sa sœur. … [suite]

Shakespeare: agiter avant emploi

Par Elisa Picci

S’inspirant de La Nuit des Rois de Shakespeare, Dan Jemmett propose une mise en scène teintée de l’humour shakespearien et modernisée pour le public d’aujourd’hui. Des personnages sur-vitaminés, de la musique qui swingue, un décor unique, tout est réuni pour nous embarquer dans une illusion originale. L’intrigue reste fidèle à celle de La Nuit des Rois: après avoir été séparée de son frère jumeau Sébastien à cause d’un naufrage, Viola se retrouve à la cour du duc Orsino où elle se déguise en garçon pour pouvoir s’intégrer. … [suite]

 

La Visite de la vieille dame

de Friedrich Dürrenmatt / mise en scène Omar Porras / du 17 avril au 9 mai 2015 / Théâtre de Carouge / plus d’infos / en tournée jusqu’au 24 mai 2015

© Marc Vanappelghem

© Marc Vanappelghem

Les critiques :

Parade fatale

Par Camille Logoz

  • Parade fatale

    C’est une formidable mascarade que nous offre Omar Porras pour sa troisième création de La Visite de la vieille dame, à Genève. Cet increvable succès, bardé de couleurs, entraîne le public dans une danse macabre, qui jusqu’au bout ne perdra rien de sa festivité. Cette réussite était-elle programmée, au vu de l’écho international rencontré par ... suite

Meurtre au bal masqué

Par Cecilia Galindo

  • Meurtre au bal masqué

    Au Théâtre de Carouge, Omar Porras et sa compagnie Teatro Malandro créent pour la troisième fois La Visite de la vieille damela plus connue des pièces helvétiques. Masques, décor de carton, visions oniriques et mélodies folkloriques : la touche Porras renforce le grotesque du texte de Dürrenmatt et joue avec une théâtralité assumée. Des feuilles ... suite

  • Quand le drame romantique devient politique

    Par Lauriane Pointet

    Laurenzaccio / d’Alfred de Musset / mise en scène Catherine Marnas / La Comédie (Genève) / du 10 au 14 novembre 2015 / plus d’infos

    Est-il possible de renverser un pouvoir tyrannique pour établir à la place une République ? La question n’est pas propre à l’actualité, puisqu’elle était déjà ... suite

 

Mademoiselle Julie

d’Auguste Strindberg / mise en scène Gian Manuel Rau / du 24 février au 15 mars 2015 /Théâtre de Carouge / plus d’infos / en tournée jusqu’au 29 mars 2015

© Mario del Curto (Théâtre Carouge)

© Mario del Curto (Théâtre Carouge)

Les critiques :

Silence bruyant

Par Luc Siegenthaler

  • Silence bruyant

    « Mademoiselle est folle, complètement folle ». De même est la mise en scène de Mademoiselle Julie par Gian Manuel Rau au Théâtre de Carouge, déséquilibrant sans cesse les repères du spectateur à travers un questionnement identitaire sans bornes. « Ce sujet va faire du bruit » avait prévenu Strindberg. Ecrite en 1888, cette pièce ... suite

  • À la dérive

    Par Louis Vodoz

    Une critique sur le spectacle :
    Nous, les héros / De Jean-Luc Lagarce / Mise en scène de Robert Sandoz / TPR (La Chaux-de-Fonds) / du 18 au 20 avril 2018 / Plus d’infos

    À partir de la pièce Nous, les héros de Jean-Luc Lagarce, Robert Sandoz construit un univers aux accents burlesques ; ... suite

  • Kill the Workflow

    Par Coralie Gil

    Une critique sur le spectacle:
    À deux heures du matin / de Falk Richter / Mise en scène de Gabriel Dufay / La Grange de Dorigny / du 2 au 4 novembre 2017 / Plus d’infos

    Jeudi 2 novembre à la Grange de Dorigny se jouait « A Deux Heures du Matin », de Falk ... suite

  • « C’est la maison de mon esprit »

    Par Fanny Utiger

    Fresque / sur une idée de Marius Schaffter & Jérôme Stünzi / par le collectif Old Masters / Théâtre de l’Usine / du 19 au 25 mai 2016 / plus d’infos

    L’art ne cesse de s’interroger lui-même. Sur la scène du Théâtre de l’Usine Fresque le questionne, le triture, et ... suite

  • Fiasco sous haute tension

    Par Camille Logoz

    Nous sommes repus mais pas repentis / à partir de Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard / mise en scène Séverine Chavrier / Théâtre de Vidy / du 9 au 20 mars 2016 / plus d’infos

    Séverine Chavrier monte à Vidy sa version de Déjeuner chez Wittgenstein. Ce texte de ... suite

  • Je déteste Wagner

    Par Julia Cela

    Nous sommes repus mais pas repentis / à partir de Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard / mise en scène Séverine Chavrier / Théâtre de Vidy / du 9 au 20 mars 2016 / plus d’infos

    De retour de l’asile psychiatrique Steinhof, Ludwig Wittgenstein partage un premier repas avec ses ... suite

Eau écarlate

Par Frédéric Guignard

  • Eau écarlate

    Une femme, un homme et une autre femme : l’éternel conflit amoureux prend dans Mademoiselle Julie des allures de tragédie grecque mâtinée de boue naturaliste. C’est que la saleté est en l’homme, même harmonieusement mise en scène par Gian Manuel Rau, qui livre une représentation saisissante de la médiocrité et de la grandeur.Il y a ... suite

 

L’Avare

de Molière / mise en scène Gianni Schneider / du 9 janvier au 1er février 2015 / Théâtre de Carouge / plus d’infos / en tournée jusqu’au 12 février 2015

© Aline Paley (Théâtre de Carouge)

Les critiques :

Amour en mer, avare amer

Par Cecilia Galindo

  • Amour en mer, avare amer

    Sous des airs de croisière, L’Avare de Molière dans la relecture que propose ici Gianni Schneider est transposé en pleine mer, dans un contexte qui nous est proche. Une mise en scène originale qui fonctionne et n’enlève rien au comique de la pièce. Les rideaux s’ouvrent sur un décor maritime: sur le plateau s’érige la ... suite

 

Les jumeaux vénitiens

de Carlo Goldoni / mise en scène de Mathias Simons / du 28 octobre au 14 novembre 2014 / Théâtre de Carouge / plus d’infos

Copyright : officiel

Les critiques :

Une commedia dell’arte contemporaine et déchaînée

Par Lisa Tagliabue

  • Une commedia dell’arte contemporaine et déchaînée

    Un mélange de personnages, d’histoires, de quiproquos, mais aussi d’époques. La comédie Les jumeaux vénitiens de Goldoni se transforme en une représentation pétillante, de registre contemporain, dans les mains de Mathias Simons. Sur scène une toile peinte, positionnée à environ un mètre de hauteur, coupe le plateau. C’est un tableau de style Canaletto représentant ... suite

 

Et il n’en resta plus aucun

à partir de A. Christie / mise en scène Robert Sandoz / Théâtre de Carouge à Genève / du 2 mai au 28 mai 2014 / plus d’infos

© M. Vanappelghem / Théâtre de Carouge

© M. Vanappelghem / Théâtre de Carouge

Les critiques :

Peur sur les planches

Par Maryke Oosterhoff

  • Peur sur les planches

    Il n’en restera plus aucun. Sur un écran, implacablement, un texte défile et annonce le tragique destin des « dix petits pêcheurs ». En fond sonore, une boîte à musique joue la comptine du célèbre roman d’Agatha Christie, ici nouvellement ré-adapté : Les Dix Petits Nègres. Cette obsédante mélodie, annonciatrice des mystérieux meurtres, rythmera la pièce jusqu’à vous ... suite

  • Qui a peur du grand méchant homme?

    Par Thomas Flahaut

    Une critique sur le spectacle :
    Les 4 chaperons rouges / De Joël Pommerat, Lucie Rausis, Cédric Simon, Maude Lançon et Ludovic Chazaud / Théâtre du Loup / du 22 mai au 2 juin 2018 / Plus d’infos

    Au théâtre du Loup, sous la direction de quatre metteurs et metteuses en scène (Lucie ... suite

  • Vidy là-bas

    Par Pierre-Paul Bianchi (Atelier critique)

    Proposition de critique créative sur le spectacle :
    Cargo Congo-Lausanne / Création Rimini Protokoll / Théâtre de Vidy / du 1er février au 23 mars 2018 / Plus d’infos

    Il conduit.

    Une goutte fraie son chemin le long de mon front, le long de mes artères ; le long de mon bras, mes ... suite

  • L’illusion véritable d’une tragédie comique

    Par Suzanne Crettex

    La tragédie comique / de Yves Hunstad et Eve Bonfanti / mise en scène Eve Bonfanti / TKM / du 2 au 7 février 2016 / plus d’infos

    Avec La Tragédie comique, Yves Hunstad – seul présent sur scène – et Eve Bonfanti nous emmènent dans une création époustouflante, au ... suite

  • Sombre fabrique à rêves

    Par Simon Falquet

    Rentrer au volcan / création et mise en scène Augustin Rebetez / Théâtre de Vidy / du 27 novembre au 11 décembre 2015 / plus d’infos

    Augustin Rebetez rentre au théâtre avec une patte artistique déjà éprouvée. Sa première création, Rentrer au volcan, croise la musique, la danse et la ... suite

  • Foucault aurait dû faire du théâtre

    Perchée sur un bureau, une comédienne en équilibre sur ses bras récite un discours aux vapeurs foucaldiennes. Donner corps aux acrobaties intellectuelles du célèbre théoricien de la prison : le Collectif F71 se risque à cet exercice périlleux sans faux-pas. Avec ses accents pédagogiques, La Prison est typiquement le genre de spectacle qui ... suite

Le plaisir de l’appréhension

Par Suzanne Balharry

  • Le plaisir de l’appréhension

    Et vous, quand vous allez voir un roman policier au théâtre, vous vous attendez à quoi ? Du suspens ? De la tension ? Une enquête pleine de rebondissements ? L’adaptation de Robert Sandoz marie les ingrédients de la recette d’Agatha Christie avec justesse, à sa sauce, et plonge le spectateur dans une angoisse délectable. ... suite

  • De choses à d’autres

    Par Justine Favre

    Conférence de choses – L’intégrale / de François Gremaud / avec Pierre Mifsud / 2b company / L’Arsenic / 15 novembre 2015 / plus d’infos

    Imaginée en 2013 par François Gremaud, coécrite et jouée par le comédien Pierre Mifsud, la version intégrale de Conférence de choses a eu lieu ce dimanche ... suite

 

Le Malade imaginaire

de Molière / mise en scène Jean Liermier / Théâtre de Carouge à Genève / du 14 janvier au 9 février 2014

© M. Vanappelghem

Les critiques :

La vérité au carnaval des mensonges

Par Cecilia Galindo

  • La vérité au carnaval des mensonges

    Les rideaux ne sont pas encore levés que des voix se font entendre. Caverneuses, comme venues d’outre-tombe, elles ne sont pas rassurantes. Des fantômes semblent hanter le Théâtre de Carouge. Puis les rideaux s’écartent et dévoilent, dans une atmosphère sombre et bleutée, l’angoisse nocturne d’un homme qui tente de faire reculer la mort, planante et ... suite

Mourir, rire, attendrir

Par Suzanne Balharry

  • Mourir, rire, attendrir

    Indigné de ce qu’on ne lui témoigne pas plus d’attention, Argan s’égosille et se révolte depuis son lit contre la solitude dans laquelle laisse un pauvre malade. Les plaintes boudeuses et la naïveté de l’hypocondriaque, magnifiquement interprétées par Gilles Privat, le rendent fragile et attachant. Dans la mise en scène de Jean Liermier, le malade ... suite

Les vertus médicinales de l’art scénique

Par Alice Bottarelli

  • Les vertus médicinales de l’art scénique

    Sous les yeux d’un public surnuméraire et enthousiasmé, Jean Liermier propose une pièce bien rodée et sans (mauvaises) surprises, qui met en conflit la mort et le rire – pour le triomphe, sinon éternel, du moins éclatant, du second. Grâce à la finesse d’un Argan plus attendrissant que tonitruant et aux ruses salutaires des personnages, ... suite

Un classique médical surprenant

Par Amandine Rosset

  • Un classique médical surprenant

    Jean Liermier met en scène chez lui, au Théâtre de Carouge, la dernière comédie de Molière, Le Malade imaginaire. Une mise en scène qui modernise et actualise, en jouant parfois sur la surprise, la critique des autorités morales qui profitent de la crédulité des hommes. Les lumières s’éteignent. Une voix grave, puissante et angoissante envahit ... suite

La Double Mort de l’Horloger

d’après Ödön von Horváth / mise en scène André Engel / Théâtre de Carrouge à Genève / du 26 novembre au 7 décembre 2013

Marc Vanappelghem

© Marc Vanappelghem

Les critiques :

L’horloger meurt (toujours) deux fois

Par Cecilia Galindo

  • L’horloger meurt (toujours) deux fois

    Deux pièces, deux meurtres et deux suicides : dans ce diptyque macabre proposé par le metteur en scène français André Engel et représenté jusqu’au 7 décembre au Théâtre de Carouge, les spectateurs sont les témoins silencieux de grands et petits crimes. Une impression de déjà vu ? Rien d’alarmant, ce spectacle est une invitation à voir double.

    suite