Fumée blanche et masse noire

Par Ivan Garcia

La Recherche / D’après A la recherche du temps perdu de Marcel Proust / Création et mise en scène de Yves-Noël Genod / L’Arsenic / du 1er au 5 novembre 2017 / Plus d’infos

Elaborée à partir du matériau proustien, la performance d’Yves-Noël Genod démontre que ce classique de la littérature peut être autant lu que vécu. Par une mise en scène sensorielle, le comédien nous fait éprouver « la marche du temps » et amène le spectateur à se questionner sur l’expérience métalittéraire qu’est La Recherche.

© Christine Monlezun

En cette froide soirée d’automne, dans la chambre noire de l’Arsenic, une lecture se prépare. C’est dans l’obscurité, avec quelques applaudissements fictifs, que débute la représentation. Sur le plateau, personne… Un canapé vert, une lampe et un lutrin occupent le grand espace. Puis entre Yves-Noël Genod, style androgyne, tout en rouge, long manteau de fourrure, qui va chercher sa tablette placée sur le lutrin et commence à lire des extraits choisis de La Recherche. Et avec la formule : « j’espère que le temps passé ensemble ne sera pas du temps perdu », notre exploration peut débuter.

A la fois long récit et interrogation sur les conditions de possibilité du « devenir écrivain », La Recherche de Proust est ici reprise par le comédien pour interroger notre rapport à la temporalité : le passé et le présent, l’ailleurs et l’ici. Dans cette performance, Yves-Noël Genod oscille entre admiration pour le texte original et commentaires comiques sur celui-ci. Au premier abord, on est surpris : une lecture d’un classique au théâtre ? La Recherche serait-elle une œuvre à entendre plutôt qu’à lire? Proust étant un écrivain de la phrase longue, la lecture de ses textes est parfois lourde et ardue, ce qui décourage plus d’un lecteur potentiel de s’aventurer en ces terres hostiles. Mais lire un texte (pour autrui), c’est également lui insuffler une nouvelle vie, une tournure propre. Cette lecture de Proust à travers la voix d’autrui permet aux spectateurs d’apprécier le texte, à petites doses, sans « trouver le temps long ». Pour le performeur, le temps est composé de fragments qui ne sont pas forcément continus ou linéaires et qui, illustrant des moments quotidiens, permettent aux amateurs et aux néophytes de se laisser guider dans cette aventure par la voix du comédien.

Parler de l’auteur de La Recherche, c’est aussi parler des autres auteurs qui l’ont influencé dans son activité d’écrivain. Yves-Noël Genod fait de sa performance une fresque où Racine, Baudelaire, Chateaubriand et bien d’autres s’invitent pour y côtoyer la figure de Proust. Ce dernier, leitmotiv de la représentation, est souvent amené à dialoguer avec la figure de Marguerite Duras. Pourtant, tout semble opposer Proust et Duras : le verbe, le style, les thèmes… sont-ils réellement si différents ? Dans sa mise en scène, le comédien dévoile les points de convergence entre ces figures bien connues de la littérature française, non seulement dans leurs questionnements, mais également au sein de leurs œuvres, à travers lesquelles les lecteurs peuvent reconnaître les influences des uns sur les autres. On se souvient de cette fameuse querelle entre Proust et Sainte-Beuve sur le statut de l’œuvre littéraire et son rapport avec l’écrivain. Pour le premier, le « moi social » n’est pas le même que le « moi-écrivain ». C’est cette dernière instance, la plus intime au sein de l’être, qui est mise en résonance dans la performance avec d’autres conceptions très similaires de l’écriture. Pour Yves-Noël Genod, cette part intime obscure et profondément enfouie en nous est celle dont parle Baudelaire lorsqu’il rédige « les ténèbres ». Puis, tandis que le performeur convoque à nouveau Duras, la représentation opère un rapprochement entre elle et Proust, entre ce qu’elle appelait « la masse noire de l’écriture » et le moi créateur proustien.

Dans cette exploration, le spectateur appréciera particulièrement la scénographie des différents jeux de lumière. Occulté derrière le canapé, un tuyau gris commence petit à petit à envelopper la salle dans une épaisse fumée blanche. Une fois dans le brouillard, les projecteurs bleus viendront éclairer cette étrange brume, conférant ainsi une atmosphère fantomatique à la représentation, dont la vision n’est pas sans rappeler Le voyageur contemplant une mer de nuages de Caspar David Friedrich. Face à ce plateau envahi par la blanche fumée, le spectateur se laissera entraîner par le texte dans une légère rêverie.

Avec La Recherche, Yves-Noël Genod rend un hommage à Marcel Proust et à sa conception de l’œuvre artistique. Loin de ne proposer qu’une simple lecture du texte original, la performance du comédien démontre qu’un texte n’est pas seulement lu mais vécu. Cette expérience du vécu est notamment mise en avant par la scénographie, qui interroge les spectateurs sur cette masse noire de laquelle se dégagent les œuvres importantes.