Vapeurs de whisky

Par Ivan Garcia

Une critique sur le spectacle:
Macbeth / De William Shakespeare / Adaptation et mise en scène de Valentin Rossier/ New Helvetic Shakespeare Company / La Grange de Dorigny / du 21 au 29 octobre 2017 / Plus d’infos

© Marc Vanappelghem

Premier spectacle d’une nouvelle saison théâtrale à la Grange de Dorigny, le Macbeth de Valentin Rossier divise les spectateurs. Alors que la pièce de Shakespeare est une tragédie aux actes sanglants, cette mise en scène plonge le public dans l’univers de Valentin Rossier, un huis-clos teinté d’une fibre dostoïevskienne, dans laquelle règnent folie, ténèbres, manipulation et breuvages alcoolisés.

L’histoire de Macbeth est célèbre : grand guerrier dirigeant les armées de son cousin Duncan, roi d’Ecosse, le personnage enchaîne les honneurs. Lorsqu’il rencontre trois sorcières qui lui prédisent un avenir radieux, il bascule dans la criminalité et assassine tous ceux qui risqueraient de s’opposer à son ambition. Chez Valentin Rossier, le sang se teinte couleur whisky. Il fallait oser travestir le grand guerrier des Highlands en « criminel en col blanc » adepte de Scotch et visiblement mal en point moralement et physiquement.
Dans le salon d’une chambre d’hôtel du siècle passé, ou plutôt d’un salon de château, Macbeth et Banquo siègent, whisky à la main, sur un confortable canapé gris-vert. Vêtus de costumes sans cravates, au style Vito Corleone dans Le Parrain de Francis Ford Coppola, ils discutent de leur avenir. Macbeth est fatigué. De l’ascenseur central du salon apparaissent les trois sorcières. Leur look est un étrange mélange entre Cruella d’Enfer et La famille Adams. Elles prédisent l’avenir des deux amis : Macbeth deviendra roi et Banquo aura une descendance royale. Leur caractère sensuel crée une ambiance festive. L’ascenseur est le seul moyen d’accès à la chambre et au salon du château ; il fait le lien entre le monde extérieur et le monde intérieur, constituant un monde à part entre les deux. Le trio de femmes qui en sort est-il la personnification des désirs (alcoolisés) des deux compagnons ou s’agit-il de personnages fantomatiques ? A l’opposé du canapé, côté cour, une longue table sert de bar à diverses bouteilles et verres à whisky. Sur celle-ci, un magnétophone vient s’ajouter à ce sobre décor de moquette et de rideaux verts. L’objet servira parfois de relais aux paroles de différents personnages. C’est de lui que sortent les mots de Macbeth qui informent Lady Macbeth de la prédiction ; c’est lui qui répond à la folle ivresse du protagoniste, produisant des discours que Macbeth imagine, telle une mauvaise conscience.

L’histoire de Macbeth version Valentin Rossier, c’est aussi l’histoire d’un manipulateur. Une fois couronné, le héros s’emploie à éliminer ses anciens alliés. Pour ce faire, le nouveau monarque fait appel à des « hommes de main » qui, semblables aux Men In Black, exécuteront les basses besognes du souverain. Lady Macbeth ne reste pas en marge de ce manège manipulatoire puisque c’est elle qui, sous ses airs de « femme fatale » de films noirs, pousse Macbeth à l’acte. Les costumes notamment mettent en avant cet aspect « mafieux » : l’accoutrement des personnages, dans une atmosphère oppressante et fermée, rappelle l’ambiance thriller et l’univers d’une pègre toute-puissante prenant les décisions et les faisant exécuter par d’autres. Lady Macbeth, seule femme de pouvoir, au milieu de ces hommes, montre qu’elle tient un rôle similaire à celui de Macbeth mais qu’elle l’exerce sur son époux lui-même. En effet, si Macbeth contrôle les autres personnages, il se fait manipuler par les personnages féminins, le trio des sorcières ou Lady Macbeth : pouvoir et séduction sont ici liés comme moteurs de l’action. Les personnages féminins, tous vêtus de noir, semblent symboliser de manière allégorique les plus sombres désirs du souverain qui, tiraillé d’abord entre moralité et ambition, cède face à la tentation. La mise en scène pousse à s’interroger sur le pouvoir des chimères de l’esprit humain, dans une tragédie à huis clos aux vapeurs de whisky.

Si cette lecture approfondit les caractéristiques psychologiques de Macbeth, elle laisse de côté les actions guerrières propres à la tragédie de Shakespeare. On regrette malgré tout que ce refus de tout grand mouvement ait ici pour corollaire une lenteur surprenante dans le déroulement des actions, qui, jointe à l’effet de huis-clos, produit à la longue un sentiment de lassitude chez les spectateurs eux-mêmes.