Mes albatros

Par Artemisia Romano

Où on va, papa ? / D’après Jean-Louis Fournier, mise en scène Michel Lavoie / Cie Alain Guerry / du 19 au 27 mai 2017 / Le Printemps des compagnies / Théâtre des Osses / Plus d’infos

© Nicolas Brodard

Le Printemps des compagnies accueille « Où on va, papa ?» une adaptation du texte tendre et poignant de l’écrivain Jean-Louis Fournier qui raconte l’histoire de Mathieu et Thomas, deux enfants différents, « deux petits oiseaux ébouriffés » qui roucoulent autrement…

C’est dans un décor emprunté à la Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède que cette histoire est racontée: un smoking avec nœud papillon et fleur rouges, une plante tropicale et un fond bleu. Des poupées qui incarnent les enfants, des objets de bric et de broc (lunettes, perruques, ballon, valise, miroir). Le tout accompagné en rythme et musique, échos aux émotions et atmosphères qui traversent le texte : la tristesse et la joie, la légèreté et le poids, les rires et les pleurs. Un piano, une voix chantée, un métronome, un violon.

La jeune compagnie Alain Guerry (2015) aime travailler autour d’écrits contemporains qui abordent les questions sociétales avec humour et satire. Le texte de Jean-Louis Fournier « Où on va, papa ?» qui traite du handicap avec dérision, lui convenait parfaitement. L’écrivain, humoriste et compère de Desproges nous dévoile le récit autobiographique d’un père qui n’a pas un mais bien deux enfants handicapés – ou plutôt « pas comme les autres ». Le texte, découpé ici sous forme de sketchs, dessine avec sarcasme cette situation si particulière ou plutôt miraculeuse : « si un enfant qui naît, c’est un miracle, un enfant handicapé, c’est un miracle à l’envers. » Les anecdotes défilent, elles racontent la vie de Mathieu et Thomas avec la voix d’un père ému, et surtout cynique. « Où on va papa ? On va à la maison. Où on va papa ? On va droit dans le mur. On va prendre l’autoroute, à contresens. On va aux champignons. On va cueillir des amanites phalloïdes et on fera une bonne omelette. On va à la piscine, on va plonger depuis le grand plongeoir, dans le bassin où il n’y a pas d’eau. » Mais c’est aussi un véritable hommage empli de tendresse que nous livre ce père, sans complaisance. Il se moque avec amour de ses enfants, pour rire avec eux.

Le comédien Alain Guerry nous conte avec justesse et humilité ces épisodes comiques et tragiques. Il fait sienne cette aventure et de sa voix nous embarque dans ce monde différent que l’on peut toucher et approcher du bout des doigts. L’ouverture dans cet univers inconnu nous pousse à nous interroger sur l’anormalité et plus encore sur la normalité. Car cette enfance « pas comme les autres » éclaire avec force la feuille de route parentale commune à tous. Les mêmes préoccupations, les mêmes espoirs. « Où on va, papa ? » nous fait virer de bord et voguer vers l’inattendu, merveilleusement loin des train-trains familiaux. « Si vous étiez comme les autres, j’aurais eu des petits-enfants. Si vous étiez comme les autres, j’aurais peut-être eu moins peur de l’avenir. Mais si vous aviez été comme les autres, vous auriez été comme tout le monde. » Le texte de Jean-Louis Fournier et son adaptation par la Cie Alain Guerry font fleurir ces petits bourgeons avec amour, poésie et humour.