Émergence d’un « nous » genevois

Par Margot Prod’hom

La Ligne / Direction artistique de Jean-Baptiste Roybon / Production de la Compagnie Kokodyniack / Théâtre Saint-Gervais / du 9 au 20 mai 2017 / Plus d’infos

© Isabelle Meister

Aller à la rencontre des êtres humains pour faire émerger l’Humain, c’est le pari de la Compagnie Kokodyniack. Sur un plateau mis à nu, les investigateurs de La Ligne restituent fidèlement les récits et témoignages individuels qu’ils ont récoltés le long d’un parcours tracé à la règle à travers Genève, du Salève au Jura. Jean-Baptiste Roybon, le directeur artistique, en allant à la rencontre de l’autre, fait survenir quelque chose comme une essence, comme un lien qui unit les habitants d’une ville, montrant ainsi que le tout est plus que la somme des parties. Genève, c’est avant tout une communauté humaine.

C’est une salle noyée dans le brouillard et un plateau totalement dénudé qui accueillent les spectateurs et les premiers entretiens, restitués dans le respect de leur oralité. Les trois comédiens, partis rencontrer les habitants de Genève, enchaînent en les incarnant les histoires de vies, les anecdotes, les souvenirs, les confessions, les confusions. Hormis quelques déplacements, le spectacle est tout entier parole. Plusieurs rangées de sièges, à l’avant, et à l’arrière des gradins, sont condamnées. Tout est fait pour que l’atmosphère soit à l’intimité.

« Euh… Bah… En fait, donc, voilà, quoi. » Derrière les bégaiements, une diversité et une richesse apparaissent, créées par l’assemblage des récits particuliers. Si les témoignages ne disent rien directement de Genève, ils attestent néanmoins du fait que ce sont ses habitants qui font de cette ville ce qu’elle est et la rendent vivante. Le plateau redonne corps et parole à ce qui fait la singularité de toute communauté : les vies humaines qui la constituent. La volonté qui a guidé la forme du spectacle était de coller au discours original des personnes rencontrées sur la Ligne. Celle-ci permet d’amener sur scène une voix populaire, la voix de tout un chacun, ces voix que l’on n’entend jamais.. Elle nous conduit également à certains moments, reconnaissons-le, à être abasourdis par la pauvreté générale du niveau de langue des gens interrogés.

Jean-Baptiste Roybon le dit dans le spectacle : « Albert Jacquard affirmait que l’humain a raté l’événement de la rencontre. » Pour remédier à ce constat, c’est sur la rencontre – celle des investigateurs avec les personnes interrogées, celle des spectateurs avec les retranscriptions orales des entretiens, et celle du théâtre – que le projet du spectacle est construit, que la création s’opère et que l’identité de Genève émerge de la multiplicité, sur le plateau, comme un phénomène éminemment humain. L’amour, l’amitié, la vie, la mort, le travail, les vacances, les choix, les doutes, les surprises, les déceptions, l’Autre, les rencontres et les au-revoirs. C’est ça l’Humain, et c’est ça Genève !

Cette pièce nous rappelle que c’est du multiple que peut émerger le semblable, de la diversité que survient l’unité, et que la parole permet de rendre compte de l’universel, de témoigner de l’humanité. Nonobstant l’émotion indéniable que confère son contenu, il faut admettre que la forme du spectacle dessert quelque peu la visée du projet artistique, c’est-à-dire le désir de construire, sur scène, l’identité et l’unité de Genève comme la co-habitation d’une multitude de vies différentes avec lesquelles les comédiens ont fait connaissance: faire émerger le commun à partir du particulier. La longueur du spectacle et la quantité des histoires finissent par entraver la possibilité de s’immerger dans chacune d’entre elles : l’attention du spectateur faiblit au rythme des récits. L’accumulation des voix noie le singulier dans la masse.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook