La quadrature du cercle

Par Alice Moraz

Le Café des Voyageurs / d’après Corina Bille / mise en scène Coline Ladetto / Festival FriScènes / 23 octobre 2015 / plus d’infos

©Damien Carnal

©Damien Carnal

Présenté au festival FriScènes, Le Café des Voyageurs exploite pleinement les possibilités du langage et de la voix pour servir une pièce qui oscille entre le rire et la folie tragique.

Une femme (jouée par un acteur masculin) au milieu d’un cercle blanc au sol. Autour d’elle son majordome, Robert, dessine le plan de son appartement, dont il effacera ou rajoutera des pièces au fur et à mesure de la performance. La femme, Mme Victoire, ayant perdu son fils dans un accident de train alors qu’il venait lui rendre visite, envoie chaque année son domestique à la gare pour chercher un jeune homme au hasard et le faire dîner chez elle à sa place. Le rituel est immuable, jusqu’à l’introduction d’un inconnu qui va la troubler. Celui-ci, nommé Germain et ressemblant étrangement au fils disparu, permettra aux personnages (Mme Victoire, Robert le domestique, et Margot la fiancée du feu fils), d’arrêter de tourner en rond dans leur propre jeu.

C’est dans ce huis clos figuratif que les quatre comédiens évoluent. Mis en scène par Coline Ladetto, qui avait initialement travaillé en collaboration avec les professionnels de la Compagnie la.la.la, Le Café des Voyageurs est ici monté avec le groupe amateur de la Cie du Fouet. Si l’histoire à l’origine de la pièce est plutôt simple, l’utilisation de la 3ème personne du singulier au niveau textuel est déroutante et génère toute la complexité du spectacle. Le dialogue entre les personnages en devient curieusement désinvesti, comme pour marquer clairement la séparation entre une réalité trop dure à vivre et une performance théâtrale temporaire. « Oui, vous ne parlez pas à la première personne, vous n’utilisez pas le “je” mais le “il”. Par exemple, quand je parlerai moi, je dirai : Elle parle. Vous comprenez ? ». Germain réagit à l’explication de Margot en lui disant donc qu’ « Il est retenu par des dingues. » Grâce à lui la réalité s’esquisse pour la première fois dans cette mascarade qui flirte avec la folie. Margot se prête au jeu de mauvaise grâce mais ne semble pas dupe. Elle se conforme au rituel tout en exprimant elle aussi l’absurde de cette situation. Interloquée que Robert puisse croire l’obliger à rester dans une pièce, elle lui lance : « [t]u penses me retenir par un trait ?! ».

Dans cette pièce, c’est le pronom utilisé qui donne le ton au jeu, car comme le dit un des protagonistes: « il faut laisser de la place au je(u) ». On en fait l’expérience quand Mme Victoire abandonne le « elle », exprimant son bonheur par un vibrant « je suis heureuse », alors qu’elle prend dans les bras celui qu’elle croit (ou veut croire) être son fils. Cela est d’autant plus surprenant que le spectateur s’était habitué à cette mise en abîme d’un rôle qui est endossé non seulement par les comédiens mais aussi par les propres personnages de la pièce en parlant à la 3ème personne du singulier. Le spectateur réalise l’ampleur de la tragi-comédie quand le téléphone sonne et que l’on annonce la mort du fils au bout du fil. La propriétaire de l’appartement ne peut dès lors plus rester dans l’illusion que son fils a été épargné. Elle pousse Margot hors du cercle, la propulsant hors de l’espace de déni, et passe à l’utilisation du « tu ».

Le Café des Voyageurs est une pièce exigeante autant pour les acteurs que pour les spectateurs, qui doivent sans cesse s’habituer à la manière de parler des personnages utilisant successivement le « il », le « je » et le « tu ». Mais au contraire de ce à quoi l’on pourrait attendre d’une pièce abordant le thème de la mort, cette tragi-comédie ne tombe pas dans le pathos. Les quatre comédiens explorent tout le spectre des émotions grâce à un jeu d’une grande finesse rendant justice à la mise en scène de Coline Ladetto. Ils redessineront les interactions entre les différents personnages, autant que se redessine le plan de l’appartement servant de décor à la pièce.