Tomber le rideau pour mettre les voiles

Par Deborah Strebel

Une critique du spectacle :
Rideau ! / mise en scène Gisèle Sallin / Théâtre des Osses à Fribourg / du 9 février au 23 mars 2014 / plus d’infos

© Isabelle Daccord

Poignant hommage au théâtre, Rideau ! vise à faire partager avec passion plus de trente années d’expérience scénique. Avec ce spectacle, Gisèle Sallin et Véronique Mermoud témoignent toute leur reconnaissance à un fidèle public fribourgeois, en proposant un impressionnant florilège de tableaux issus d’époques différentes et de styles variés. En résulte un émouvant passage de flambeau au Théâtre des Osses entre les deux fondatrices du lieu et leurs successeurs.

Côté jardin se déploie en diagonale la scène cachée par son rideau flamboyant, à cour la salle comportant une série de balcons encadrés par des pilastres bleu nuit. Entre les deux se trouve une sorte de no man’s land où s’agitent dans tous les sens les comédiens. Les instruments s’accordent. L’effervescence artistique bat son plein quand retentit le son de la voix d’une metteure en scène : « En place, Mesdames et Messieurs, s’il vous plaît ». Une répétition s’apprête alors à commencer lorsqu’un incident technique vient subitement bouleverser le cours des choses. Suite à cet imprévu, le spectacle semble adopter sa propre logique en prenant quelques libertés et va échapper en partie à la metteure en scène.

Dès lors s’enchaînent, durant plus de deux heures, une multitude de scènes représentant un riche échantillon de pièces antiques, classiques et contemporaines, proposant des extraits issus de textes de Sophocle, en passant par Tchekhov, sans oublier Pirandello, ainsi que des poèmes signés Bauchau ou encore Prévert. Ces divers morceaux de bravoure théâtraux font surgir une gourmande palette de personnages dont certains sont incontournables telle « La Mère Courage » incarnée par Véronique Mermoud, comme en 2005 dans la création brechtienne déjà mise en scène par Gisèle Sallin au Théâtre des Osses.

Ce projet est la dernière collaboration entre ces deux importantes figures du théâtre romand. Ensemble, elles ont fondé le Théâtre des Osses. A la fin des années 1970, personne n’aurait imaginé un tel succès. A cette époque, lorsqu’elles sont arrivées en plein milieu de la campagne fribourgeoise, avec leur camion pour théâtre, elles sont apparues aux yeux des locaux comme étant marginales. Elles créaient de manière artisanale leur spectacle de bout en bout. Et au fil des ans, elles ont relevé le pari fou d’implanter un théâtre professionnel au sein de cette région encore vierge culturellement. Aujourd’hui, après une carrière longue de 35 ans, elles ont décidé de prendre leur retraite bien méritée, confiant leur théâtre à deux nouveaux directeurs : Geneviève Pasquier et Nicolas Rossier. Néanmoins, avant cela, elles tenaient à remercier leur public en concoctant une ultime création.

Et quelle élégante manière de tirer sa révérence en rendant ainsi dignement hommage au théâtre. Ce dernier spectacle en profite pour dévoiler subtilement au passage quelques petites amertumes notamment au sujet d’un capitalisme libéral sans pitié qui n’est pas sans conséquence sur les arts vivants. Cette ultime pièce déclare aussi surtout son éternelle reconnaissance aux acteurs sans lesquels il n’y pas de théâtre. A l’aide d’un monologue, la metteure en scène, jouée par Raïssa Mariotti, déclare tout son amour à ces « spécialistes de l’âme » prêtant leur corps pour animer divers personnages. Tout au long, de la pièce, elle les observe avec des yeux remplis de tendresse. Suspendue à leurs lèvres, elle vit à travers eux de réels fragments de vie qu’ils présentent sous de nombreuses formes telle que l’improvisation, la danse et le chant.

En guise d’hommage au théâtre et de remerciement au public, Rideau ! traverse ainsi les époques et accumule les tableaux dans le but de faire partager plus de 30 ans de dur labeur. Ce soir, à Givisiez, lorsque le rideau est tombé, c’est le public qui s’est levé pour acclamer avec une grande émotion ces deux incroyables passionnées de la scène qui ont offert au Théâtre des Osses un rayonnement suisse et même international.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *