Les bas-reliefs du «mammisi» de Dendera

Les deux bas-reliefs sont des copies de scènes gravées sur les parois extérieures du mammisi romain de Dendera, site qui se trouve à environ 75 km au nord de la ville de Louqsor où est situé un temple important consacré à la déesse Hathor. Outre le temple principal, on y trouve un sanctuaire de dimensions modestes destiné à la célébration de la naissance du dieu Ihy, né de l’union d’Hathor avec le dieu Horus. À la suite de Jean-François Champollion, les égyptologues nomment ce type de monuments « mammisi » (litt. « lieu de naissance », terme dérivé du copte).

L’Égypte devient une province de l’empire romain en 30 av. notre ère, suite à la victoire d’Octavien – le futur empereur Auguste – sur Cléopâtre VII. L’empereur prend alors le statut de Pharaon en Egypte, et est représenté comme tel dans les temples locaux. C’est ainsi le cas de l’empereur romain Trajan (empereur de 98 à 117 de notre ère), qui est représenté dans ces scènes en train de faire des offrandes à des divinités égyptiennes.

Dans le relief à gauche des escaliers du niveau 2 de l’Anthropole, le Pharaon offre un signe représentant le soleil à l’horizon à la déesse Hathor, reconnaissable par sa coiffure composée de cornes de vache qui entourent un disque solaire. Elle est suivie par son compagnon, le dieu Horus à tête de faucon, portant un disque solaire sur la tête. Dans le second relief, à droite, le Pharaon offre cette fois un collier à la déesse Hathor qui allaite le dieu enfant Ihy. Derrière elle, Ihy est représenté une seconde fois avec une cape.

L’un des rôles du Pharaon en Egypte ancienne était d’effectuer les offrandes aux dieux afin que ceux-ci, en échange, l’aident pour le maintien de l’ordre et de la prospérité dans le pays. C’est le sens de ces scènes qui ornent désormais les couloirs de l’Anthropole.

Giuseppina Lenzo, Maître d’enseignement et de recherche,
Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité