Mon expérience à Fribourg

Ce qui m’a mené là-bas

J’avais décidé d’étudier à l’université avant de savoir quoi y étudier. L’uni Fribourg m’a tout de suite tapé dans l’œil. L’université à taille humaine, la jolie ville pas trop grande, la promesse du recteur « À Fribourg, vous avez un nom et un prénom ».

Dans la chapelle de l’Université Miséricorde.

Ensuite, choisir une faculté. Une foule d’idées me traverse l’esprit : sciences de l’éducation, musicologie, espagnol, anglais, maths ? Et pourquoi pas théologie ? C’est finalement ce choix qui paraît le plus pertinent et intéressant à long terme. Au début, je pense combiner théologie et psychologie, mais j’abandonnerai en chemin la psycho, sous prétexte que les sujets à l’interne de la théologie sont déjà assez variés entre eux. Au début, je pense étudier en bilingue français-allemand – à Fribourg c’est possible. J’abandonne hélas vite cette option-là… en me disant que les études en français sont déjà bien assez accaparantes.

Les profs

Je peux parler de n’importe quel prof de Fribourg (ou presque), je dis à chaque fois « c’est mon Prof préféré ». Bon, les professeurs en général sont des personnes brillantes, on le sait bien. Mais quand même.

Une chose que j’apprécie spécialement à Fribourg, c’est la foi des professeurs et leur envie de la transmettre autour d’eux et notamment à nous les étudiants.

Les étudiants

Des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, des religieux, des laïcs, des mères de famille… Mes amis non-théologiens s’étonnent de voir la variété de mes amis théologiens (surtout les différences d’âges) !

Célébration d’un anniversaire pendant les cours

Mon meilleur souvenir

Chaque année, les étudiants organisent une « Semaine Interdisciplinaire » : trois à cinq jours de conférences sur un thème choisi. Lieux, orateurs, sujet, publicité : tout est organisé par une équipe d’étudiants. J’ai participé à l’organisation de cet événement durant ma deuxième année et c’était une expérience excellente. La dernière soirée fut particulièrement fantastique : nous avions organisé une fête en partenariat avec un café-bar en ville et un DJ. Danser entre étudiants et profs reste un magnifique souvenir. (Soit dit en passant… la terrasse du café du Belvédère est un endroit à visiter absolument si vous passez à Fribourg !)

Fameuse soirée entre théologiens.

Mon choix de venir à Genève et Lausanne

Après le Bachelor à Fribourg en théologie catholique, j’ai déménagé à Genève et Lausanne pour y étudier le Master.

Ce sont d’abord mes perspectives professionnelles qui m’ont conduite à choisir Genève-Lausanne pour le Master. Ensuite, pour la vie et tout domaine d’étude en général, je suis d’avis qu’étudier à différentes écoles est utile voire nécessaire. Pour la théologie, j’aurais tendance à dire que c’est incontournable. Pour moi qui ai grandi et reçu la foi dans une communauté mennonite, étudier la théologie catholique puis réformée est un enrichissement exceptionnel.

 

Pauline Sommer

Mon semestre dans la Cité Eternelle

Le Château Saint-Ange, à deux pas de chez moi

Il est difficile de rédiger un article pour résumer mon expérience de 5 mois à Rome à la Facoltà Valdese di Teologia, car même si 5 mois ça peut paraître très court, il peut s’en passer des choses ! Plutôt que de vous faire un compte rendu détaillé de tout ce que j’ai pu y voir, de toutes les rencontres que j’ai pu faire, des moments de joie ou de prise de tête, de ce que j’y ai appris, etc., je préfère vous faire part de l’expérience unique de décentrement qu’est un semestre d’études à l’étranger. Le décentrement, voilà le mot-clé dans lequel tous les aspects de mon séjour en Italie trouvent un écho. Alors oui, Rome est très certainement décentrée géographiquement de l’Europe, surtout par rapport à Lausanne. Mais plus qu’un décentrement géographique, ces 5 mois ont été l’occasion de vivre également un décentrement culturel, intellectuel, spirituel et personnel.
Continuer la lecture

TTT – 100 Cocktailpartyfragen

Une nouvelle fois, les Lausannois ont osé franchir des barrières, à commencer par la Barrière de Röstis lors du deuxième weekend thématique du Think Tank Theology. (c.f le précédent article sur le sujet pour une présentation du TTT). Le thème « 100 Cocktail-Party-Fragen », traduit « Théologien dans le monde, théologiens face à l’incompréhension », nous permettait pour le moins pas mal de liberté dans le choix des sujets de workshop. Au-delà de la difficulté qu’est la traduction d’un titre ou d’un discours théologique de l’allemand au français, ce sont les questions auxquels nous, théologiens ou théologiens en devenir, sommes confrontés dans nos rencontres quotidiennes avec celles et ceux qui souvent n’entretiennent qu’un rapport pour le moins faible et ambigu avec notre domaine d’étude. Ces situations nous poussent à nous positionner de manière aussi claire que possible, et ne manquent pas de nous mettre de temps à autre dans l’embarras, notamment lorsque nous sommes confrontés à des questions polémiques.

Un flipchart permettait d'inscrire les questions qui nous étaient le plus souvent posées.

Un flipchart permettait d’inscrire les questions qui nous étaient le plus souvent posées.

Continuer la lecture

Interfak. Automne 2013 – Bâle (23.10)

C’est un long trajet pour aller de Lausanne à Bâle. Le réveil à 4:30 du matin est de rigueur pour réussir à arriver à l’heure au rendez-vous donné pour les théologiens suisses à la gare principale. Mais cela n’empêche rien ! Une bonne dose de café, un peu de travail pour le trajet et voilà on y est ! Bâle : ville de la réforme où Karl Barth est à l’honneur ; ville universitaire avec les différentes sections dispersées à travers les vieux bâtiments et les petites rues de la vieille ville.

Continuer la lecture

Think Tank Theology – « Quelle bigoterie! »

Les étudiants en théologie en marcheLe weekend du 4 au 6 octobre, quatre étudiants de Lausanne se sont rendus au tout premier weekend thématique du Think Tank Theology. Voilà un nom quelque peu impressionnant, et il est peut-être nécessaire de préciser ce qu’est le Think Tank Theology, ou TTT pour les intimes. Il s’agit d’une association nouvellement formée, suite à l’impulsion d’étudiants de Suisse alémanique, ayant pour but d’offrir un espace de réflexion et d’échange réunissant les étudiants de toute la Suisse. L’étudiant en théologie n’étant généralement pas un étudiant comme les autres, par le fait qu’il s’apprête à travailler dans une institution unique en son genre, à savoir l’Eglise, il est également important de penser et de discuter plus en profondeur le lien entre les études et le ministère. Et les Eglises suisses n’étant pas particulièrement fortes, permettre aux futurs ministres de ces multiples églises d’échanger et de nouer des liens ne peut qu’être bénéfique, à tous les niveaux.
Le TTT se concrétise au travers de l’organisation de weekends thématiques, conférences, tables rondes, etc.), et ce weekend du 4 au 6 octobre 2013 fut l’occasion du tout premier weekend, organisé au tour du thème « Quelle bigoterie! », ou « Hier frömmelts! » pour nos amis d’outre-sarine, et qui a eu lieu à Saas-Grund.

Continuer la lecture

TTT, késako?

Le TTT, késako? C’est le « Think Tank Theology », ou en français le « réservoir à idée de théologie ». Il s’agit d’une initiative visant à regrouper les étudiants en théologie de toute la Suisse pour échanger, réfléchir et discuter à ce sujet. Un premier week-end a déjà eu lieu, où les romands n’étaient que peu représentés malheureusement. Mais cette fois-ci c’est tout près de chez nous, à Saas-Grund. Déjà plusieurs étudiants des facultés de Lausanne et Genève y sont inscrits, alors si toi aussi tu veux prendre part au prochain week-end intitulé « Quelle bigoterie! » dépêche-toi de t’inscrire car le week-end a lieu du 4 au 6 octobre.

Retrouvez également l’événement sur Facebook! https://www.facebook.com/events/557212234312936/

Ci-joint le flyer et le programme du week-end:
Programme
Flyer TTT