Mon semestre dans la Cité Eternelle

Le Château Saint-Ange, à deux pas de chez moi

Il est difficile de rédiger un article pour résumer mon expérience de 5 mois à Rome à la Facoltà Valdese di Teologia, car même si 5 mois ça peut paraître très court, il peut s’en passer des choses ! Plutôt que de vous faire un compte rendu détaillé de tout ce que j’ai pu y voir, de toutes les rencontres que j’ai pu faire, des moments de joie ou de prise de tête, de ce que j’y ai appris, etc., je préfère vous faire part de l’expérience unique de décentrement qu’est un semestre d’études à l’étranger. Le décentrement, voilà le mot-clé dans lequel tous les aspects de mon séjour en Italie trouvent un écho. Alors oui, Rome est très certainement décentrée géographiquement de l’Europe, surtout par rapport à Lausanne. Mais plus qu’un décentrement géographique, ces 5 mois ont été l’occasion de vivre également un décentrement culturel, intellectuel, spirituel et personnel.
Continuer la lecture

J’ai vraiment vécu à Paris

A mon retour de mon semestre à Paris à l’automne 2013, j’ai dû écrire un petit compte-rendu. Seul hic, syndrome de la page blanche. Comment est-ce possible ? Comment peut-on rester muet alors qu’on a 5 mois de vie dans lesquels on peut piocher ? Mon voyage serait-il un échec ? Mais finalement, plus je réfléchis et plus je comprends mon blocage. Lorsque je me retourne vers Paris je n’ai qu’un quotidien à raconter.

Vue sur les toits de Paris

Vue sur les toits de Paris

Continuer la lecture

« Une année en Allemagne ? Ben t’es courageuse ! »

La fameuse Johanneskirche au centre de la vielle ville.

La fameuse Johanneskirche au centre de la vielle ville.

C’était pas tout à fait les commentaires que j’ai reçus mais ça en approchait. Je vais tenter de vous prouver que l’idée de partir était une idée super ! Göttingen, est une petite ville, à peu près de la taille de Lausanne, mais toute plate. Les vélos sont partout ce qui peu même parfois être plus dangereux que de croiser des voitures … j’ai eu en une année heureusement un seul accident ! Pourquoi suis-je partie loin de nos montagnes, de notre beau lac et de la petite famille des théologiens lausannois pour découvrir (oh étrange) une faculté avec des centaines de membres (entre 100 à 200) ? L’aventure, voir du pays, découvrir la théologie réputée de l’Allemagne, changer d’horizon, apprendre à connaître d’autres étudiants dans le monde qui étudient théologie, voilà ce qui m’a motivé et je n’ai pas été déçue !

Continuer la lecture