Stage d’hébreu à Lyon

C’est une drôle d’idée que nous avons eue ici, que de vouloir aller à Lyon pendant l’été pour participer à un stage en hébreu. Deux semaines intensives à se triturer les neurones avec une langue qui nous fait déjà suffisamment suer durant le semestre. Mais qui peuvent être les étudiants assez fous pour cela, et que peuvent-ils bien y faire de si génial pour être prêt à mettre ainsi la main à la poche, et passer deux semaines de canicule à suer encore plus sur de l’hébreu au lieu de se dorer la pilule au soleil?

Pour ceux qui ne nous connaîtraient pas encore, nous nous présentons rapidement.

IMG_7793

Philippe Golaz est en passe de commencer sa troisième année de bachelor à Lausanne et il a son examen d’hébreu fin août. « J’ai donc une bonne raison de venir ici » comme il le répète souvent, comme pour se convaincre lui-même qu’il a fait une bonne affaire. Emmanuelle Jacquat quant à elle est en passe de terminer son bachelor et de commencer le master, elle a donc déjà passé son examen d’hébreu et elle est donc ici « pour le plaisir de [se] plonger dans les textes de Qumran », ce qui laisse Philippe très perplexe.

Les cours sont donnés dans le cadre de l’ILOAM (Institut des langues de l’orient ancien et moderne) à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Il n’y a pas que de l’hébreu dans le programme de cette université d’été, mais également du latin, du guèze, de l’arabe, du sumérien, de l’akkadien, etc. En ce qui nous concerne, nous suivions le cours d’hébreu 2, donné par le Pr. David Hamidovic, de la FTSR et qui nous est donc (bien) connu. Au programme, les verbes faibles et les manuscrits de Qumran (plus précisément le 1Q28a, c.f. fin de l’article). Ces derniers n’étant pas vocalisés nous étions pour le moins éloignés de notre zone de confort, presque sans repères. (D’autant plus qu’on ne trouve pas ces textes sur Accordance ou Bibleworks.)
L’environnement de travail y était très stimulant, nous étions pour le moins nombreux en hébreu 2, puisque presque deux fois le nombre du semestre précédent! Soit…5 (sic!). Nous avons pu nous remettre dans le bain de cette langue avec des gens venant de milieux très différents (étudiants, lycéens, retraités, etc.) et d’un peu partout également. Il y avait bien évidemment des Français en nombre, venant de Toulouse, Lyon ou Paris, mais également des Belges, des Chinois, des Italiens, et des Lausannois, dont notre très chère assistante en Nouveau Testament Sara Schulthess que nous avons eu le plaisir de retrouver sur place.

L'entrée de l'ENS de Lyon Etudiants et professeurs réunis pour le barbecue de bienvenue

Nos journées de cours étaient donc bien chargées, et encore, nous n’avions pas pris de cours mineurs, comme celui de Guèze donné par Charlotte Touati. Mais à côté de cela, nous avons tout de même eu plusieurs occasions de passer des moments amicaux, dans une ambiance plus décontractée, avec les autres stagiaires et les professeurs, un verre de jus d’orange à la main lors de la pause du matin, autour d’un barbecue de bienvenue ou d’une bière belge servie dans un pub irlandais du vieux Lyon. Mais même dans ces temps moins officiels, moins studieux, le sérieux des discussions parfois animées transcendait les rires qui ne manquaient pas de s’échapper à l’occasion. Nous avons donc entendu de nombreux échanges sur les raisons qui avaient poussé l’un ou l’autre à suivre ce stage, nos cursus respectifs et parfois bien atypiques, des discussions sur les différences linguistiques, culturelles et politiques de nos pays d’origine furent l’occasion de tordre le cou à quelques clichés de part et d’autre de nos frontières, le tout dans une ambiance bon enfant.

Nous avons également su profiter du week-end pour nous promener dans le Vieux Lyon, trainer dans les petites rues sinueuses, nous laisser happer par une des nombreuses boutiques de livres anciens qui ornent les rues de ce quartier, et succomber à un catéchisme du Concile de Trente écrit en Latin, ou à un recueil de sermons de l’Archevêque de Canterbury du 18e siècle. La basilique y est aussi très belle, et la bière bien fraîche!

Les berges du Rhône sont un lieu agréable pour se promener ou faire son jogging matinal Le Vieux Lyon et ses boutiques

Pour en revenir au prétexte premier de notre séjour à Lyon, et de l’écriture de cet article, nous avons tous deux beaucoup appréciés de pouvoir regoûter à cette langue, nous y replonger, mais en adoptant un regard différent de celui que nous y avions porté jusque là. Ce fut une magnifique occasion de préciser ce qui devait l’être, et nous pouvons fièrement dire que nous avons réussi l’examen, et donc obtenu le droit de revendiquer des crédits ECTS!
Pour celles et ceux qui pourraient être intéressés à faire ce stage, nous vous y encourageons vivement. D’autant plus qu’en 2014 la session aura lieu à Lausanne, pas besoin donc de se soucier du transport et du logement pour nous Lausannois. Et pour ceux qui viendraient d’un peu plus loin, l’ILOAM a obtenu un financement de l’Europe qui permettra d’offrir trajet et logement aux plus rapides d’entre vous qui s’inscriront. Gardez donc l’oeil ouvert pour guetter l’arrivée des affiches 2014 dans les couloirs de l’université, ou adressez-vous directement au Pr. David Hamidovic pour obtenir des informations.

Philippe et Emmanuelle 🙂

 

P.S.: Pour les curieux, voici le manuscrit sur lequel nous avons travaillé, le 1Q28a (1QSa) – La règle de la congrégation. Mais on avait aussi une version transcrite et toute belle faite à l’ordinateur pour aller plus vite. Vous pouvez trouver plein de choses à cette adresse aussi: www.deadseascrolls.org.il