ILOAM à Lausanne

Même pendant l'été, ça bosse à l'UNIL

Même pendant l’été, ça bosse à l’UNIL

Il y a une année, nous vous parlions, Emmanuelle et moi-même, de notre expérience à Lyon avec l’Institut des Langues de l’Orient Ancien et Moderne, ou ILOAM (c.f. l’article stage d’hébreu à Lyon). En 2014, c’est à Lausanne que s’est tenue pour la première fois cette session intensive de langues, du 14 au 23 juillet.

Le fait de passer de l’ENS de Lyon à l’Université de Lausanne ne s’est bien sûr pas fait sans impliquer quelques changements, mais celles et ceux déjà plus ou moins rodés à ces stages ont néanmoins pu retrouver les éléments qui font tout le charme et la qualité de ces 10 jours intensifs. A nouveau, les participants sont venus des quatre coins de l’Europe, de Lyon, Paris, Rome, mais également d’Irlande ou de Belgique. A nouveau, d’excellents professeurs étaient présents pour dispenser les enseignements parmi lesquels nous trouvions David Hamidovic et Charlotte Touati pour Lausanne, Georges Bohas et Fu’ad Al-Quaisi pour Lyon, ou encore Cristina Solimando pour Rome. A nouveau, chacun a pu venir à ce stage avec ses propres attentes et ses propres objectifs à atteindre, mais les Lausannois étaient bien plus nombreux, de 5 en 2013, nous étions facilement plus du double cette année. A nouveau, certains étaient là pour préparer des examens, quand d’autres se faisaient tout simplement plaisir. De mon côté, j’ai combiné les deux, en prenant le grec en branche majeur pour préparer mon examen de Nouveau Testament, et le guèze (ou ge’ez) en mineur, pour le plaisir de me plonger dans une autre langue sémitique. « Mais c’est quoi ça le guèze, ça se mange? » vous allez me dire. Non, ça ne se mange pas, ça se lit, et vous pouvez jeter un oeil à quoi ça ressemble ci-dessous:

Manuscrit ge'ez à l'église de Sainte-Marie de Sion à Axum. (CC BY-NC-SA) Richard Mortel

Manuscrit ge’ez à l’église de Sainte-Marie de Sion à Axum.
(CC BY-NC-SA) Richard Mortel

Les différentes conférences qui rythmaient les soirées de cette session d’été étaient elles aussi passionnantes, offrant aux participants de (re)découvrir des thématiques variées, de la Reine de Saba à la question de l’invention des lieux saints dans le judaïsme et le christianisme, en passant par les manuscrits de Tombouctou.

Mais ce qui fait le succès de l’ILOAM, ce n’est pas uniquement la qualité des cours. La qualité de l’ambiance et des échanges en dehors des cours fait partie intégrante du charme de cette session d’été. Dès l’apéritif de bienvenue, les anciens ont rapidement cherché du regard les têtes connues, pour prendre des nouvelles d’une année à l’autre, et se remémorer les événements les plus marquants de l’année précédente. Bien que le cadre de l’ENS avec son campus regroupant logements et lieux de cours permettait de facilement se rencontrer, ce n’était a priori pas le cas de Lausanne. Je dis bien a priori, car Emmanuelle et moi-même avions à coeur de permettre tout de même aux étudiants de se retrouver en différentes occasions, pour faire connaissance et décompresser ensemble de ces journées où le terme « intensif » n’a rien de surfait. Heureusement, Lausanne offre de nombreux bars accueillants, où lausannois, lyonnais, mais également romains ont pu déguster une bonne bière bien fraîche, d’autant plus appréciée par nos amis de l’UE qui toussaient un peu devant nos prix bien « suisses ». Mais nous n’étions pas les seuls à penser au confort de nos visiteurs, puisque rapidement un pique-nique au bord du lac a été proposé par l’ILOAM. Une belle occasion de se faire également un petit carnet d’adresses européen en vue d’un prochain séjour à Lyon, Paris, Bruxelles ou Rome.

En résumé, cette cuvée 2014 fut aussi riche que la précédente, en qualité d’enseignement, en progrès effectués par chacun, ainsi qu’en terme de rencontres. Le lieu pour 2015 est déjà connu, il s’agira de l’Università Roma Tre. Vous trouverez le moment venu des informations à ce propos sur le site internet http://languesanciennes.ens-lyon.fr, ainsi que dans l’agenda de l’AETh.

Rendez-vous donc en juillet 2015 dans la Ville Eternelle !

Philippe Golaz