Conseils et Astuces pour 1er année

Conseils et Astuces pour 1er année

Les études en Théologie sont vécues par chaque volée de manière très différente, et même chaque étudiant vit son parcours de manière unique. Nous n’avons donc pas la volonté ici de vous expliquer tout-comment-il-faut-faire-parce-que-nous-on-sait-parce-qu’on-a-été-avant-vous… Non. Sincèrement, l’expérience nous a montré que VRAIMENT, d’une année à l’autre ça peut ne pas être DU TOUT le même délire.

Bien entendu, sentez-vous toujours libre de venir poser toutes les questions que vous aurez durant votre parcours aux autres étudiants plus avancés dans le cursus, ils seront tous ravis de vous aider.

De plus, l’AETh se tient à votre entière disposition :

  • Par mail : aeth@unil.ch
  • A l’université, soit au Cœur de Faculté soit au bureau 5058
  • Et on vous réinvite une fois nouvelle fois à nous suivre sur les réseaux sociaux pour être au courant de la vie assiociative, de la publication d’articles sur le site, etc., le tout avec un peu d’humour :
  • Et n’oubliez pas que la rubrique « agenda » du site de l’AETh contient le résumé des dates importantes pour chaques semestres.

Cependant il y a quelques éléments utiles sur lesquels on peut vous renseigner, que ce soit en lien avec les cours, ou plus généralement, avec la vie universitaire en générale. Alors voici quelques « conseils et astuces », à prendre ou à laisser, pour débuter la Théologie à Lausanne !

Inscriptions au cours/examen : vous devez vous inscrire à vos cours/examens au début de chaque semestre, pour ce faire, aller ici :

Hébreu/grec : Réaffirmons ce qui a été proclamé lors de la séance de présentation de la FTSR « n’ayez pas peur ! ».

  • Laissez-vous le temps de comprendre, l’apprentissage de langues est un processus qui demande un peu d’adaptation à votre esprit ainsi qu’une certaine gymnastique mentale, donc ne vous inquiétez pas de ne pas toujours comprendre parfaitement tout de suite…
  • … et du coup n’hésitez jamais, mais alors jamais, à interrompre vos professeurs de langues pour qu’ils réexpliquent les notions avec d’autres mots. Même si c’est 500x par cours. N’hésitez. Jamais.
  • Si vous sentez, durant la première année, que vous avez besoin d’un soutien privé pour l’hébreu ou le grec, quelques-soient les raisons, prenez contact avec l’AETh et on vous trouvera sans problème un étudiant pour vous accompagner.
  • L’apprentissage des langues est faisable. C’est promis.
  • Ne faites pas l’impasse des premiers contrôles continus de langue, si vous apprenez bien le vocabulaire (pour le grec par ex.) ça vous fait une bonne assez facile à faire, il ne faut juste pas succomber à la flemme.

 

  • Quelques sites qui pourront, plutôt dès le semestre de printemps, vous servir :
    • Pour avoir le texte hébreu de la BHS (=BIBLIA HEBRAICA STUTGARTENSIA en bref : le texte hébreu qu’on traduit à la fac) en ligne : https://www.academic-bible.com/en/home/
    • Ou encore : https://www.bibelwissenschaft.de/online-bibeln/biblia-hebraica-stuttgartensia-bhs/lesen-im-bibeltext/
    • Pour avoir un interlinéaire (donc le texte en langue originale avec la traduction mot-à-mot) en anglais pour l’Ancien Testament comme le Nouveau : http://biblehub.com/
      • Un interlinéaire est un outil pour vous aider à traduire les textes biblique– il ne peut (hélas) pas remplacer votre apprentissage des langues.
      • Pour utiliser le site : sélectionnez le passage dans les onglets du haut, puis sélectionnez dans l’onglet tout à droite « Interlinear Chapters ».
    • Lexique grec et hébreu : http://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique.html
    • Pour le grec :
  • Vous trouverez au CF des dictionnaires de langues + BHS (donc le texte biblique de l’Ancien Testament) + NESTLE-ALAND (texte du Nouveau Testament en grec)

Autres conseils :

  • La grande majorité de vos cours de premières années sont des cours « d’introduction à … » donc ce que l’on nomme des cours « prises de notes ». Par conséquent c’est vraiment vos notes qui serviront d’appui à votre apprentissage pour l’examen. Souvenez-vous en lorsque vous prendrez vos notes.
  • Dans la mesure où vous trouvez l’opportunité de le faire n’hésitez pas à vous repartir le travail entre vous (notamment pour le dernier contrôle d’hébreu …)

 

  • Pour joindre votre conseiller aux études Christophe Collaud :
    • Par mail : christophe.collaud@unil.ch
    • Par téléphone
      • À Lausanne (Mardi-Mercredi) : 021 692 27 36, son bureau est le 5062
      • À Genève : 022 379 74 57

Bon courage à tous !

Benoît Ischer

Mon expérience à Fribourg

Ce qui m’a mené là-bas

J’avais décidé d’étudier à l’université avant de savoir quoi y étudier. L’uni Fribourg m’a tout de suite tapé dans l’œil. L’université à taille humaine, la jolie ville pas trop grande, la promesse du recteur « À Fribourg, vous avez un nom et un prénom ».

Dans la chapelle de l’Université Miséricorde.

Ensuite, choisir une faculté. Une foule d’idées me traverse l’esprit : sciences de l’éducation, musicologie, espagnol, anglais, maths ? Et pourquoi pas théologie ? C’est finalement ce choix qui paraît le plus pertinent et intéressant à long terme. Au début, je pense combiner théologie et psychologie, mais j’abandonnerai en chemin la psycho, sous prétexte que les sujets à l’interne de la théologie sont déjà assez variés entre eux. Au début, je pense étudier en bilingue français-allemand – à Fribourg c’est possible. J’abandonne hélas vite cette option-là… en me disant que les études en français sont déjà bien assez accaparantes.

Les profs

Je peux parler de n’importe quel prof de Fribourg (ou presque), je dis à chaque fois « c’est mon Prof préféré ». Bon, les professeurs en général sont des personnes brillantes, on le sait bien. Mais quand même.

Une chose que j’apprécie spécialement à Fribourg, c’est la foi des professeurs et leur envie de la transmettre autour d’eux et notamment à nous les étudiants.

Les étudiants

Des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes, des religieux, des laïcs, des mères de famille… Mes amis non-théologiens s’étonnent de voir la variété de mes amis théologiens (surtout les différences d’âges) !

Célébration d’un anniversaire pendant les cours

Mon meilleur souvenir

Chaque année, les étudiants organisent une « Semaine Interdisciplinaire » : trois à cinq jours de conférences sur un thème choisi. Lieux, orateurs, sujet, publicité : tout est organisé par une équipe d’étudiants. J’ai participé à l’organisation de cet événement durant ma deuxième année et c’était une expérience excellente. La dernière soirée fut particulièrement fantastique : nous avions organisé une fête en partenariat avec un café-bar en ville et un DJ. Danser entre étudiants et profs reste un magnifique souvenir. (Soit dit en passant… la terrasse du café du Belvédère est un endroit à visiter absolument si vous passez à Fribourg !)

Fameuse soirée entre théologiens.

Mon choix de venir à Genève et Lausanne

Après le Bachelor à Fribourg en théologie catholique, j’ai déménagé à Genève et Lausanne pour y étudier le Master.

Ce sont d’abord mes perspectives professionnelles qui m’ont conduite à choisir Genève-Lausanne pour le Master. Ensuite, pour la vie et tout domaine d’étude en général, je suis d’avis qu’étudier à différentes écoles est utile voire nécessaire. Pour la théologie, j’aurais tendance à dire que c’est incontournable. Pour moi qui ai grandi et reçu la foi dans une communauté mennonite, étudier la théologie catholique puis réformée est un enrichissement exceptionnel.

 

Pauline Sommer

Think Tank Theology : à la découverte du Labyrinthe de la spiritualité

Le weekend passé, j’ai découvert les exercices spirituels d’Ignace de Loyola, dormi face à un étang, j’ai partagé l’eucharistie avec des étudiant-e-s en théologie de toute la Suisse, et ai visité des grottes formées en seulement 3000 ans !

Des étudiant-e-s en théologie de toute la Suisse, Photo: Christopher Stübi

Lire la suite

Mon semestre dans la Cité Eternelle

Le Château Saint-Ange, à deux pas de chez moi

Il est difficile de rédiger un article pour résumer mon expérience de 5 mois à Rome à la Facoltà Valdese di Teologia, car même si 5 mois ça peut paraître très court, il peut s’en passer des choses ! Plutôt que de vous faire un compte rendu détaillé de tout ce que j’ai pu y voir, de toutes les rencontres que j’ai pu faire, des moments de joie ou de prise de tête, de ce que j’y ai appris, etc., je préfère vous faire part de l’expérience unique de décentrement qu’est un semestre d’études à l’étranger. Le décentrement, voilà le mot-clé dans lequel tous les aspects de mon séjour en Italie trouvent un écho. Alors oui, Rome est très certainement décentrée géographiquement de l’Europe, surtout par rapport à Lausanne. Mais plus qu’un décentrement géographique, ces 5 mois ont été l’occasion de vivre également un décentrement culturel, intellectuel, spirituel et personnel.
Lire la suite

Prologue 2014

Une occasion pour les étudiants commençant leurs études de faire connaissance avec ceux qui finissent.

Les vieilles traditions ont pu retrouver la place qui leur était due lors de l’édition 2014 du prologue. En effet, grâce à une importante volée de premières année, le « c’est les 1ère qui font la bouffe » a pu être réintroduit, alors que les 2e et 3e, soutenus par une délégation d’étudiants de SR se sont chargés des animations. Lire la suite

ILOAM à Lausanne

Même pendant l'été, ça bosse à l'UNIL

Même pendant l’été, ça bosse à l’UNIL

Il y a une année, nous vous parlions, Emmanuelle et moi-même, de notre expérience à Lyon avec l’Institut des Langues de l’Orient Ancien et Moderne, ou ILOAM (c.f. l’article stage d’hébreu à Lyon). En 2014, c’est à Lausanne que s’est tenue pour la première fois cette session intensive de langues, du 14 au 23 juillet.

Lire la suite

Au-delà du Röstigraben

Mon envie d’étudier une partie du Master en milieu germanophone était déjà présente pendant le bachelor. Zurich m’a séduite, d’une part par sa proximité géographique – je pouvais ainsi y étudier tout en revenant à Lausanne quand bon me semblait, et avoir la possibilité de créer des amitiés sans crainte de séparation dramatique à l’issue de l’échange. D’autre part, j’avais l’envie d’approcher ce mystérieux schwiitzertüttsch et de mieux connaître cet « au-delà » de mon cher pays.

Zurich depuis le Uetliberg

Zurich depuis le Uetliberg

Lire la suite

J’ai vraiment vécu à Paris

A mon retour de mon semestre à Paris à l’automne 2013, j’ai dû écrire un petit compte-rendu. Seul hic, syndrome de la page blanche. Comment est-ce possible ? Comment peut-on rester muet alors qu’on a 5 mois de vie dans lesquels on peut piocher ? Mon voyage serait-il un échec ? Mais finalement, plus je réfléchis et plus je comprends mon blocage. Lorsque je me retourne vers Paris je n’ai qu’un quotidien à raconter.

Vue sur les toits de Paris

Vue sur les toits de Paris

Lire la suite

Epilogue 2014

Des grillades dans le jardin de la cure de Lutry

Des grillades dans le jardin de la cure de Lutry

Tout comme les années se suivent sans se ressembler, les événements traditionnels qui rythment la vie des étudiants en théologie se suivent d’année en année, mais sans jamais se ressembler. C’est du moins ce qu’on peut dire de l’Epilogue cuvée 2014 de l’AETh.
Bien que la salle de paroisse de Lutry ait déjà à plusieurs occasions accueilli nos activités, cette année fut différente des autres. Quelques éléments sont restés inchangés, que ce soit par la présence d’étudiants de théologie se répartissant sur les 5 ans que durent ces études, des première année qui sont déjà bien rodés jusqu’à ceux qui s’apprêtent à défendre prochainement leur mémoire. Quelques professeurs et assistants nous ont également fait l’amitié de leur présence comme chaque année. Et comme la dernière fois, quelques courageux ont profité du lac tout proche pour faire quelques brasses dans un Léman agréablement frais. Nous avons également eu le plaisir de voir se joindre à nous quelques étudiants de Sciences des Religions qui ont répondu à l’invitation que nous leur avions adressés.

Lire la suite

TTT – 100 Cocktailpartyfragen

Une nouvelle fois, les Lausannois ont osé franchir des barrières, à commencer par la Barrière de Röstis lors du deuxième weekend thématique du Think Tank Theology. (c.f le précédent article sur le sujet pour une présentation du TTT). Le thème « 100 Cocktail-Party-Fragen », traduit « Théologien dans le monde, théologiens face à l’incompréhension », nous permettait pour le moins pas mal de liberté dans le choix des sujets de workshop. Au-delà de la difficulté qu’est la traduction d’un titre ou d’un discours théologique de l’allemand au français, ce sont les questions auxquels nous, théologiens ou théologiens en devenir, sommes confrontés dans nos rencontres quotidiennes avec celles et ceux qui souvent n’entretiennent qu’un rapport pour le moins faible et ambigu avec notre domaine d’étude. Ces situations nous poussent à nous positionner de manière aussi claire que possible, et ne manquent pas de nous mettre de temps à autre dans l’embarras, notamment lorsque nous sommes confrontés à des questions polémiques.

Un flipchart permettait d'inscrire les questions qui nous étaient le plus souvent posées.

Un flipchart permettait d’inscrire les questions qui nous étaient le plus souvent posées.

Lire la suite