« Toute œuvre de fiction, faisait remarquer Diderot, repose sur un mensonge, mais ce mensonge, pour nous émouvoir, doit se rapprocher le plus possible de la vérité. »

De mon propre aveu, Jacques Vergès

« LA MARQUISE : On égorge une armée et l’on n’égorge pas un peuple. »

Acte III, Scène 6. Lorenzaccio, Alfred de Musset

Le théâtre

Indignez-vous ! vous dirais-je si j’étais Stephan Hessel. Quoi ?! Que se passe-t-il ?! Je n’ose à peine y croire ! de l’esclavage en Libye ?! Seigneur Dieu ! mais quand s’arrêtera la Barbarie humaine ? ! Je ne sais pas…Je ne sais pas…mais…mais…il faut combattre les barbares. Je le dis et je le reledis me répondrait l’Imam de Drancy, futur membre de l’Académie française, peut-être un jour, si l’humanité continue toujours à se diriger dans le caniveau. C’est horrible ! C’est affreux, les mots manquent. Là maintenant j’ai envie de prendre une casserole, un porte-voix, une banderole et descendre dans la rue pour hurler mon indignation face à cette horreur. Je n’en dors plus la nuit. J’en ai la nausée. Je vomi. J’en perd l’appétit. Je n’ai plus foi en l’homme. Je ne crois plus en rien !! Je gueule ! Je gueule ! Et autour de moi, tout le monde fait de même. Et oui et oui, on s’indigne, on crie, on condamne, on pleurniche, dans les rues comme chez les hauts fonctionnaires. Emmanuel Macron, le messie du pauvre, n’a pas hésité à dire, face au monde, qu’il s’agissait de « crime contre l’humanité » ! Et puis à l’ONU aïe ! aïe ! aïe ! Lire la suite

Une lettre pour les gouverner tou·te·s

« A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. »

— George Orwell

Le neutre, ça n’existe pas

« Ecrire était facile. Tout ce qu’il avait à faire, c’était transcrire l’interminable monologue ininterrompu qui, littéralement depuis des années, se poursuivait dans son cerveau.»

Qu’est-ce que l’écriture inclusive ? Pour répondre à cette question, nous commencerons par regarder ce que ses promoteur·rice·s en disent. Cette nouvelle écriture a pour but, comme son nom l’indique, d’inclure les femmes dans le langage et ainsi de faire progresser l’égalité femmes / hommes. Le Manuel d’écriture inclusive résume la chose à trois conventions. 1. Accorder en genre les noms de fonctions, grades, métiers et titres. 2. User du féminin et du masculin, que ce soit par l’énumération par ordre alphabétique, l’usage d’un point milieu, ou le recours aux termes épicènes. – par exemple, on ne doit plus dire des ouvriers, mais des ouvrier·ère·s. Alors oui, ceux·elles qui ont l’esprit mal placé diront qu’il aurait suffi d’attendre la fermeture des dernières usines sur sol européen pour remplacer directement cette appellation par celle de chômeur·euse·s – 3. Ne plus employer les antonomases du nom commun « Femme » et « Homme ». « Les Hommes » n’englobe donc plus les femmes. « Hommes » n’est plus égal à « femmes », mais la femme est bien l’égale de l’homme. Nous noterons déjà que si le deuxième point est bien connu, c’est moins le cas des deux autres. À ces conventions existent des exceptions, notamment, « les mots dont la forme ne varie pas entre le masculin et le féminin. » On citera notamment les exemples suivants : ploucs, ivrognes, misogynes, réactionnaires, fascistes, etc…

Lire la suite

AVS, la solution qui cache une montagne de problème…

Affiche de la votation de 1925 sur la création de l’AVS, refusée par le peuple et par les cantons. (source : wikipedia)

Depuis 1948, le premier pilier, celui de l’AVS, est devenu l’une des bases fondamentales de la sécurité sociale en Suisse. Le système des trois piliers, unique dans le monde, couvre les retraites et implique l’Etat fédéral dans la gestion de la survie financière à proprement parler des personnes du 3ème âge en Suisse. Mais nombreuses sont les questions qui se posent sur la vitalité future de ce système ingénieux, mais qui recèle de problématiques tant liées à son financement, qu’à l’évolution de la société. Cet article, en s’appuyant notamment sur la conférence du 14 novembre 2017 donnée par l’organisme Uthink en collaboration avec Cospol à l’Université de Lausanne, propose de relater de l’histoire de l’AVS et des défis qui se posent pour la pérennisation de ce système qui se veut égalitaire, responsable et bien pensé. Lire la suite

La peur au service de la liberté

Il y a bientôt deux mois, les Etats-Unis connaissaient l’un des pires massacres de leur histoire. Cette tuerie, comme à chaque fois, a relancé le débat sur les armes

Le 1er octobre 2017, à Las Vegas, dans le Nevada, un homme lourdement armé a décidé de tirer dans la foule depuis la chambre de son hôtel. Cet homme a touché 574 civils dont 59 sont mort. Lire la suite

La grande déportation

« Que de souffrance et d’égarements ont été causés par les erreurs et illusions tout au long de l’histoire humaine et, de façon terrifiante, au XXe siècle ! Aussi le problème cognitif est-il d’importance anthropologique, politique, sociale et historique, S’il peut y avoir un progrès de base au XXIe siècle, ce serait que les hommes et les femmes ne soient plus les jouets inconscients non seulement de leurs idées mais de leurs propres mensonges à eux-mêmes. C’est un devoir capital de l’éducation que d’armer chacun le combat vital pour la lucidité. »

Edgar Morin

« Refugees Welcome » voilà ce que l’on peut lire sur des chiffons géants accrochés sur divers bâtiments de plusieurs villes européennes. Les grands cœurs empreints d’une solidarité inconditionnelle ne rêvent que d’ouvrir leurs bras aux milliers de réfugiés qui fuient le sang, la dictature et la guerre. Certains ne manquent pas de s’acheter des autocollants où l’on peut y lire attention je cache un Syrien chez moi. Ils les colleront où bon leur plaira, notamment sur le dos de l’écran de leurs ordinateurs portables. Les marchands ont rapidement compris qu’il y avait moyen de faire commerce là-dessus. Lire la suite

La Baie des anges ou le pouvoir du hasard

Remettre en jeu son avenir quitte à perdre tout ce qui nous entoure. Vivre de cette adrénaline qui peut nous détruire et nous reconstruire par le biais d’une série de numéros, de jetons et de cartes. Voici dans quel système certains individus se retrouvent plongés. Voici ce dont cet article va parler.

A travers ce film en noir et blanc, Jacques Demy signe un long métrage dont le thème principal est toujours d’actualité ; l’addiction aux jeux de hasard. Par le biais des personnages de Jean Fournier (Claude Mann) et Jackie (Jeanne Moreau), l’on se replonge dans la France des années 60. Lire la suite

La chute de Raqqa ou la fin du rêve de Daesh ?

En octobre dernier, l’organisation Etat Islamique a vu la perte de sa capitale Raqqa. Cette défaite est, sur plusieurs points, un coup dur pour le califat. Non seulement pour le moral de ses dernières troupes, par la portée symbolique de la défaite, et de part l’importance géographique de cette ville maintenant « fantôme » dans la région pour ISIS.

Rappelons en effet que Daesh a réalisé sa fortune financière en grande partie grâce au commerce du pétrole. Or, depuis l’intervention russe à partir de fin 2015 et sous les bombardements constants par la voie des airs, l’EI a vu sa production d’or noir baisser en partie et l’acheminement des cargaisons de contrebande mis en difficulté notoire du fait des attaques constantes de l’aviation russe contre les convois de Daesh en direction de la Turquie et contre ces puits pétrolifères et gaziers dans l’est de la Syrie. Lire la suite

Un porc dans un jeu de quilles

Si certaines doivent coucher pour réussir, d’autres doivent réussir pour coucher.

Pour bien comprendre l’affaire Weinstein, essayez de vous représenter la scène suivante : vous êtes un homme bedonnant avec un début de calvitie, la soixantaine, pas franchement séduisant, mais également l’un des plus gros – sans mauvais jeu de mot – producteur hollywoodien. Vous avez le pouvoir de faire et de défaire la carrière de jeunes filles séduisantes qui vous seraient, autrement, inaccessibles. Ça tombe bien, vous êtes également obsédé sexuel(1). Lire la suite