Interview avec l’AEA

Interview avec l’AEA

Avant de commencer cet interview, je tiens à remercier l’AEA et plus spécifiquement Wilfried et Jorel pour le temps qu’ils m’ont accordé afin de répondre à toutes ces questions.

« Je pense que le but premier était de pouvoir fédérer la communauté afro au sein de l’université. On a réalisé que lorsque vous constituez une minorité, le seul moyen de se faire voir, de se faire entendre, de se faire comprendre, c’est d’être ensemble. Si cela n’est pas fait, les minorités s’éteignent. »

A quel moment avez-vous décidé de créer votre association et dans quel but l’avez-vous fait ?

Jorel : Premièrement, il y avait déjà un besoin de représentativité parce qu’en arrivant à l’université, il y avait plusieurs choses qu’on ne savait pas. Il y a énormément de questions que l’on se pose et ce n’est pas toujours facile. D’une part car il y a beaucoup d’étudiants et, d’autre part, parce que tu es étranger. Moi, je n’ai pas toujours étudié en Suisse. Il y a donc toute cette machine à mettre en route et il n’y a pas d’instance qui nous permettait, de nous dire : je vais aller là parce que ça va faciliter mon intégration, parce qu’ils sauront répondre à nos questions. Il y avait déjà cette carence, cette lacune quand on arrivait sur le campus. C’est vrai que l’on s’est retrouvé à être plusieurs personnes – pour le coup afro-descendant-e-s – à avoir ce même problème. On s’est alors dit que ce serait quand même bien de faire quelque chose pour les futur-e-s étudiant-e-s.

Après, la vraie impulsion est née parce qu’il y avait aussi l’affaire du bal HEC qui avait fait un gros scandale. Cela avait amené plusieurs associations à se mobiliser pour dénoncer ce bal dont le thème tournait autour des guerriers massais. On n’a pas été déçus mais dubitatifs sur le fait qu’en tant qu’africains, ça aurait peut-être été plus légitime que nous prenions la parole. La cause défendue par les associations qui ont attaqué et dénoncé, cela était juste mais je trouvais qu’il y avait un manque de légitimité. Nous sommes également sur le campus, on est universitaires, on est africain-e-s mais ce sont d’autres associations qui sont en train de faire les choses alors qu’on était bien sûr les plus touchés par cela. Suite à cela, on s’est mis d’accord sur le fait qu’il fallait créer l’AEA.

Wilfried : Pour rajouter quelque chose, je pense que le but premier était de pouvoir fédérer la communauté afro au sein de l’université. On a réalisé que lorsque vous constituez une minorité, le seul moyen de se faire voir, de se faire entendre, de se faire comprendre, c’est d’être ensemble. Si cela n’est pas fait, les minorités s’éteignent. Ça c’est le but premier de l’association. Le but plus large, plus global, c’est qu’il est important de connaitre et faire connaitre nos cultures, nos richesses et tout ce que l’on peut avoir chez nous. Je dis connaitre car même nous-même on ne connait pas tout. Certains ont eu la chance de côtoyer leur culture, d’autres non. Ceux qui ont eu la chance de connaitre la culture de leur pays ne connaissent pas celle du pays voisin. L’association des afro-descendant-e-s est formée de multiples nationalités. On se dit afro-descendant-e-s et pas juste africain-e-s parce qu’on a des afro-brésilen-ne-s, afros-colombien-ne-s, des haïtien-ne-s, etc. Vis-à-vis de cela, on s’est dit que ça pouvait être intéressant, pour nous et pour d’autres personnes qui ne sont pas afro-descendant-e-s, de connaitre et faire connaitre nos cultures. Voilà plus ou moins les deux buts essentiels pour lesquels on a décidé de former l’association.

Est-ce que vous êtes vous-mêmes en lien avec d’autres associations en Suisse et au niveau international qui prônent les mêmes valeurs que vous, qui sont formées des mêmes personnes ?

Wilfried : Un concours de circonstances a fait qu’on a pu côtoyer des organisations internationales avec lesquelles on est en train d’organiser des collaborations formelles. Il y a notamment une association qui s’appelle l’Union panafricaine de la jeunesse. Cette dernière existe au niveau international et collabore notamment avec l’Union africaine, donc les Etats africains. On a commencé à parler d’un projet de collaboration avec eux car on s’est dit que leur combat était bien mais il n’incluait pas la diaspora. On essaie de leur apporter une plus-value et de voir s’ils peuvent inclure toutes les jeunesses de la diaspora. Il y a aussi le CIPINA (Centre d’information et de promotion intégral d’une nouvelle Afrique) qui est une association basée ici et qui a pour mission de promouvoir une image positive de l’Afrique. Ils ont notamment organisé le LAF (Lausanne Afro Fusion). On a commencé à collaborer avec eux depuis l’année passée et chaque année on essaie de participer à ce festival. Ce n’est qu’avec ces deux associations que l’on travaille concrètement mais c’est vrai qu’il y a encore d’autres projets en cours.

Quelles activités avez-vous organisées en tant qu’association ?

Jorel : On compte mettre en avant la promotion d’une nouvelle Afrique et la promotion de l’Afro-descendance. Ceci va être fait par le biais des conférences, des débats, des fêtes, etc. Tout cela aura pour but le partage parce qu’il y a une chose importante à signaler : l’afro-descendance n’enlève rien à l’identité nationale. L’un n’empêche pas l’autre parce qu’on peut être, typiquement, à la fois afro-descendant-e et suisse-sse. On peut parfaitement vivre en cohésion avec les deux identités sans que l’une n’empiète sur l’autre. Je pense que c’est vraiment sur ces pôles-là que notre association doit avoir un apport.

Wilfried : Je rajouterai encore que, par rapport aux activités, on a plusieurs départements dont notamment les départements events, conférence, communication. On a déjà organisé un certain nombre de conférences, notamment, avec l’activiste colombienne Francia Márquez. Elle est venue parler de la situation des afro-descendant-e-s dans son pays et de la gestion de l’Etat vis-à-vis de cette population. Maintenant on a encore beaucoup de projets de conférences dont une sur les violences policières ou encore sur le délit de faciès. A côté de ça, il y aussi le département events qui organise plus des choses culturelles ou des soirées. On peut prendre l’exemple de la dernière soirée afro-beats. Des soirées qui peuvent promouvoir la musique de chez nous. On organisera par la suite des journées culturelles, des événements pour montrer la nourriture de chez nous, etc.

Jorel : Souvent, ce qui est montré est normalisé. Une fois on m’avait posé cette question ; « mais ça ressemble à quoi l’Afrique ? » J’ai répondu qu’ici vous vous baladez avec des chiens mais nous on se balade avec des lions. C’est bien sûr ironique mais c’est pour dire qu’il y a quand même des choses à faire.

Venons-en au sujet des discriminations. A quel point sont-elles encore présentes dans les études et le marché du travail ? Quelle est votre analyse par rapport à ça ?

Wilfried : Personnellement, ce que je sais est lié à des retours d’expériences de personnes. Certaines ont par exemple eu des entretiens au téléphone qui se sont bien passés mais le jour où elles sont arrivées au bureau et que le patron a vu leur tête, on a tout de suite trouvé d’autres choses à leur reprocher. J’ai vraiment beaucoup de retours d’expériences mais je n’ai pas personnellement vécu de discriminations dans le travail ou à l’école. Je pense que j’ai assez de chance par rapport à ça mais ces retours te font comprendre que cela existe. Je lisais récemment un article qui disait, qu’en Suisse, plus de la majorité des personnes peuvent te dire ce qu’est une discrimination raciale, mais pour elles c’est un problème mineur. Les discriminations existent dans le marché du travail, elles existent dans le cadre universitaire mais il n’y a rien qui soit vraiment fait pour que les choses changent. On est conscient et on a l’impression que le fait de savoir qu’il y a un problème est suffisant. Voilà mon ressenti personnel.

Jorel : Pour reprendre l’exemple du marché du travail, si on regarde au niveau global, on peut être naturalisé suisse qu’au bout de 10 ans. Je connais beaucoup de personnes qui sont nées en Suisse mais qui ne sont pas suisses. Quand on se rend sur des sites d’offres d’emplois, très souvent il est demandé que la personne qui veut postuler possède la nationalité suisse ou détienne un permis C. Cela veut dire qu’il y a déjà une classification à ce stade. C’est très dérangeant parce qu’on se dit que j’ai pu faire ma scolarité en Suisse mais qu’il y aura déjà une hiérarchie éliminatoire au moment où j’arriverai sur le marché du travail. Typiquement, je suis en Suisse depuis 2005 et j’ai donc déjà vécu plus de temps en Suisse que je n’en ai vécu au Cameroun. Cela fait de moi un Suisse finalement mais je ne suis pas officiellement reconnu comme tel. Cela veut dire que le jour où je serais amené à me lancer sur le marché du travail, je vais déjà être catégorisé comme étranger. Cela fera que je serais déjà, quelque part, éliminé. Il y a ce genre de discriminations qui sont aujourd’hui normalisées et on se dit que ce n’est pas normal. La personne ayant le passeport rouge vaudrait donc plus que celle qui y est née mais sans passeport et ce sous prétexte qu’elle est étrangère. Tout cela alors que l’on fréquente les mêmes écoles, les mêmes milieux et on a les mêmes vies ou encore les mêmes âges. Il y a quelque chose de dérangeant par rapport à ça.

Si on reprend maintenant l’exemple universitaire, il y a souvent des commentaires qui reviennent notamment sur Jodel. Il arrive que des personnes y fassent des blagues racistes. La chose la plus récente que j’ai lue était une blague raciste disant « S’il a le profil d’un singe, c’est comme ça que l’on reconnait que c’est un Africain ». Cela se trouve sur Jodel. Ça signifie qu’il y a des instances comme ça, que ce soit dans le milieu du travail ou universitaire ou il y a vraiment une très forte présence de racisme. C’est justement à ce moment-là que l’AEA est importante. Je pense qu’en dehors de l’université, il en existe des associations dont on connait d’ailleurs le travail. On sait ce qu’elles accomplissent pour dénoncer le racisme en dehors du monde universitaire mais à l’interne, ces problèmes existent également et il faut les dénoncer. Comment ? Cela je ne le sais pas. C’est justement des choses dont il faut discuter. A notre échelle, on ne peut pas avoir un pouvoir extrêmement important mais on peut déjà pointer du doigt ce genre de petits malaises, de petits maux qui font que dans le milieu académique, on ne se reconnait parfois plus. En réalité, je ne sais pas qui écrit sur Jodel, car c’est sous anonymat mais la personne à côté de moi peut très bien être l’auteur de ce commentaire. C’est quand même fou d’avoir ce sentiment au quotidien. C’est encore présent, très et trop présent et c’est pour ça qu’il y a vraiment un travail considérable à faire à ce niveau.

A présent, que faut-il faire, selon vous, lorsque l’on se retrouve face à une situation de discrimination notamment dans le milieu scolaire et que ce soit vis-à-vis d’autres étudiant-e-s ou du corps enseignant ?

Jorel : Il y a beaucoup de choses à dire à ce niveau. D’abord, ce que je dois relever, c’est qu’en arrivant à l’université, c’est un problème auquel on n’est moins confronté, notamment vis-à-vis des professeurs. S’ils en sont là, à ce poste, c’est déjà car ils savent faire la part des choses et puis ils se dissocient aussi des erreurs qui ont pu être commises dans une échelle antérieure. Typiquement, à l’école obligatoire et au gymnase, je me souviens d’un moment juste après mon arrivée en Suisse. Durant un cours de géographie, ma professeure a dit ; « Oui mais est-ce que tu es quand même conscient que maintenant tu as de la chance d’être en Suisse ? En Afrique vous étiez cent par classe et maintenant vous êtes vingt ». Je ne sais pas pourquoi elle a placé ce commentaire. C’était quand même quelque chose d’assez hard mais je pense qu’elle ne s’est pas rendue compte de l’ampleur que ça avait. Elle s’est peut-être dit que c’était pour me remettre en question parce que j’avais peut-être fait une bêtise ou j’avais eu un comportement qui n’était pas adéquat. Néanmoins, quelque part elle était en train de me faire clairement comprendre que j’étais africain, que j’avais de la chance d’être là et puis que je suis quelqu’un de « privilégié ». Je pense que je le suis effectivement mais ses propos n’étaient pas adéquats. En ayant grandi, je retrouvais, dans mon parcours académique, ce genre de commentaires. Donc on appuie à chaque fois sur cette africanité qui fait en sorte que tu dois toujours avoir le comportement adéquat parce que tu es africain. La personne blanche n’a pas à se soucier de ça mais toi oui parce que tu es africain.

Ce que l’on peut faire par rapport à ça ? Je n’ai pas la réponse parce que je me demande encore comment on peut encore devoir lutter contre cela aujourd’hui. Je pense que ça devrait être à l’UNIL de le dénoncer dans un premier temps. Je pense aussi qu’il y a un travail qui doit être fait plus haut. Si les enseignants répètent ce genre de comportements encore aujourd’hui, c’est quand même problématique. Je pense d’ailleurs que je ne suis pas le seul qui ait vécu ça. Après – et une fois de plus — en arrivant à l’université, dans des amphis comptant je ne sais combien de personnes, on voit que le professeur donne son cours et ne se soucie pas vraiment de faire des commentaires aux étudiants. A l’école obligatoire, ça existe encore beaucoup. J’ai des petits cousins ainsi que des amis qui m’ont témoigné exactement les mêmes choses que j’ai vécu et même parfois à des niveaux plus graves. Quand je faisais du foot, des gens me disaient aussi « Jorel, t’es pas au Cameroun ici, il ne faut pas faire ça » parce que j’avais pris la balle et que j’avais dribblé trois joueurs. Tu ne peux pas faire un lien avec le Cameroun à cause du fait que j’ai dribblé trois joueurs et que je n’ai pas lâché le ballon assez vite. Il y a des commentaires qu’on sort sans se rendre compte de l’ampleur que ça peut prendre. Je ne sais pas à quoi c’est dû, je ne sais pas si c’est des personnes qui sont racistes. Je ne peux pas dire qu’elles le sont mais qu’elles ont des commentaires qui, eux, le sont. J’ai été très marqué par ça. Il faut dénoncer ces actes mais après je ne sais pas par le biais de quelle instance. Je ne sais pas s’il faut saisir la justice. Il faut juste, dans un premier temps, faire comprendre que ça ne joue pas. Il faut faire comprendre qu’il y a des choses à ne pas dire et que si ça se dit, ça peut être puni. Le processus serait déjà de dénoncer et ensuite de mettre quelque chose en place.

Wilfried : En réalité, je ne sais pas s’il existe une bonne réaction ou une bonne méthode, à notre niveau, pour pouvoir gérer ça. Moi je me rappelle qu’il y a quelques temps, j’expliquais dans le groupe WhatsApp de l’AEA un événement qui m’était arrivé dans le bus. Un monsieur m’a regardé de travers et m’a dit « J’ai vu comment tu m’as regardé sale dealeur de merde ». Il commençait à gueuler toujours plus fort. Après ça, il est descendu du bus mais avant qu’il descende, je lui avais juste dit « je ne suis pas un dealeur mais un étudiant. » Je lui ai dit que je ne vais pas chercher de la drogue mais je vais écrire mon mémoire. En expliquant ça dans le groupe, certains m’ont dit que j’avais super bien réagi en prenant juste de la hauteur dans le débat et de ne pas m’être emporté. D’autres ont dit qu’il fallait porter plainte et d’autres m’ont encore dit qu’il fallait un peu m’énerver. Il n’y avait pas de réponses fausses et c’est là que tu te demandes s’il existe une bonne réaction par rapport à tout ça. Est-ce qu’il y a une bonne manière de gérer la chose ? Je ne sais pas. Dans tous les cas, on est tous d’accord qu’il faut dénoncer mais après sur la question de la réaction directe, je ne sais pas s’il y a une manière de faire qui soit meilleure qu’une autre. Chacun essaie de gérer la chose mais dans tous les cas, répondre à la violence par la violence, ce n’est pas la solution. Si on peut prendre de la hauteur sur la chose, c’est une bonne chose. Si on peut dépasser ça et montrer que l’on n’est pas ce qu’on pense que l’on est, c’est également une bonne chose. Comment le faire ? On n’a malheureusement pas encore trouvé la solution mais ça reste quelque chose d’assez délicat. Le moyen que l’on a aujourd’hui à disposition, c’est principalement notre parole. Il faut essayer de faire comprendre les choses aux gens. Il y a beaucoup de personnes qui ne sont pas racistes mais qui n’y pensent pas plus que ça car elles n’y sont pas confrontées. Il faudrait alors mettre en lumière ce problème et montrer à ces gens que ça existe bel et bien. Peut-être que ça pourrait permettre à plus de personnes de s’engager dans le combat. En réalité, tout le monde sait que le racisme existe mais quand on n’y est pas confronté, on n’y pense pas forcément. Il faut sensibiliser les gens au fait que ça existe près d’eux et cela chaque jour. Vous ne le ressentez peut-être pas mais c’est un combat qui mérite d’être combattu. C’est un peu comme quand on parle de famine dans des pays ou d’autres choses. Ce n’est pas parce tu manges mieux que d’autres que tu ne dois pas penser à ces problèmes qui existent à côté de toi. Je pense que notre vraie mission, notre seul moyen de lutter contre ça, c’est de mettre en lumière les problèmes qu’il y a. C’est attirer les projecteurs sur ça et espérer que ça crée un déclic dans les consciences, dans les esprits, pour que tous se lèvent car il faut se lever.

Jorel : Revenons un peu sur la Constitution parce que c’est vrai que la discrimination en Suisse est traitée d’une manière biaisée. Je trouve dommage parce que lorsqu’on regarde dans la Constitution, il y a bien un article qui mentionne que toutes discriminations sont interdites mais si on regarde les choses avec précision, on se rend compte que certains actes ne sont pas compris comme de la discrimination. Ils sont parfois placés dans d’autres catégories. Déjà là c’est quelque chose de dérangeant. Ça veut dire que déjà au niveau de la Constitution ce n’est pas tout à fait clair. Nous, quand on subit des injustices, on peut s’appuyer soit sur la Constitution ou la loi soit sur la charte fondamentale des droits de l’homme. Dans ces trois choses, on ne s’y retrouve pas car il n’y a souvent rien de bien précis. Il y a donc des précisions qu’il faut apporter de manière considérable à ces différents niveaux afin de punir ce type d’actes. Si ces derniers ne sont pas punis, c’est parce qu’il y a toujours cette marge d’interprétation. La Constitution, la loi, ne devraient pas permettre cette marge. Tout acte raciste ou autre devrait être puni. Si on en est là aujourd’hui, à voir certains commentaires et certaines personnes qui se permettent certaines paroles, c’est parce qu’elles savent qu’il n’y aura pas de répercussions.

Pour vous, la place des afro-descendant-e-s dans le marché du travail, notamment, a-t-elle quand même évoluée par rapport au passé ?

Wilfried : Forcément que par rapport au passé on est aujourd’hui dans une meilleure situation. Est-ce que c’est un niveau suffisant ? Ça c’est une autre question. Ce n’est pas parce que c’est mieux que c’est suffisant. Ce n’est pas parce que c’est mieux que c’est bien. Aujourd’hui, la situation des afro-descendant-e-s – en Suisse en tout cas et en comparaison avec d’autres pays voisins – est presque une banalité. Les problèmes qui y sont liés sont presque marginalisés. Ici, il y a des choses permises alors que dans d’autres pays les gens ne se permettraient pas de faire pareil. En Suisse, on fait un peu les aveugles sur la question et, de ce fait, les afro-descendant-e-s sont presque livré-e-s à eux-mêmes. Ils doivent assumer seuls leur réalité de tous les jours et ils ont presque, et cela est malheureux, accepté cette situation-là. C’est un tort partagé. Quand je parle de personnes endormies, je ne parle pas que des autres mais aussi de nous. Je pense que les afro-descendant-e-s, en Suisse, devraient plus se mobiliser, plus s’organiser et ce, surtout pour mettre en lumière nos problèmes. Je ne dis pas que ça va tout régler mais au moins on sera organisé et au moins on saura qu’on peut se reposer sur quelque chose. Je trouve qu’en Suisse, comparé à d’autres pays, on est, tous les afro-descendants et afro-descendantes, trop endormi-e-s sur la question.

Jorel : Concernant toujours la situation des afro-descendant-e-s en Suisse, il y a quelque chose de pas normal. Ce n’est pas normal qu’on ne puisse pas citer un afro-descendant qui soit au parlement suisse. Une personne me vient en tête, c’est le directeur général de Crédit Suisse et sinon je n’arriverais pas à donner une autre personnalité qui soit forte et qui appartienne à la population des afro-descendants. Est-ce que c’est un problème de compétences, est-ce que c’est un problème de représentativité, est-ce que c’est un problème de nombre ? On ne sait pas mais une chose est sûre, c’est que je ne pense pas que ce soit un problème de compétences. Si on regarde à l’université, il y a des afro-descendant-e-s dans tous les pôles. Le problème ne vient donc pas de là. La question qu’on devrait vraiment se poser, c’est pourquoi on n’est pas assez visibles dans certains postes ou à certains endroits. C’est cette question qui devrait vraiment être posée à toutes les instances ou à la société.

Quelles sont les valeurs défendues par votre association ?

Wilfried : En général, le partage et le vivre ensemble. Je pense que ça résume presque tout ce qu’on a dit aujourd’hui. Partager, apprendre de l’autre et comprendre cette nécessité de vivre ensemble, bien en harmonie, pour être plus représentatif de la société d’aujourd’hui.

Jorel : Pour définir vraiment l’AEA, je dirais qu’on veut montrer qu’il est possible de vivre son africanité, son afro-descendance, tout en étant associé avec notre identité. L’un n’empêche pas l’autre. C’est important de pointer du doigt qu’un-e noir-e peut aussi bien être suisse et qu’un-e suisse peut être noir-e et que ce n’est pas l’un-e qui prend le dessus. Il faut que la société l’accepte. Ce n’est plus comme à l’époque où un français ne devait être que français ou un suisse ne devait être que suisse. Maintenant cela n’existe plus. On est dans l’ère de la mondialisation et il faut que la société s’y fasse.

Souhaitez-vous encore dire quelque chose qui n’a pas été évoqué ?

Jorel : Je voulais juste encore dire que les gens peuvent nous joindre sur Facebook sur la page de l’AEA UNIL/EPFL ainsi que sur notre page Instagram. On n’a pas encore de compte Twitter mais étant donné qu’on est assez actif sur Facebook, vous y trouverez toutes les informations liées à notre association. On est ouvert également à tout débat, à toute conférence. On n’est pas une association fermée. Ce n’est pas parce qu’on se revendique comme afro-descendant-e-s qu’on accepte que les afro-descendant-e-s. Il y a aussi une instance qu’on a créée se nommant « les ami-e-s de l’AEA ». Cette dernière permet à toute personne de nous rejoindre.

Si vous souhaitez rejoindre l’AEA ou si vous avez des questions à leurs adresser, vous pouvez toujours les contacter à l’adresse suivante : associationaeaunil@gmail.com ainsi que sur leur page Facebook : https://www.facebook.com/associationaeaunil/

Luca Crausaz

Source image :

https://scontent-amt2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/43255875_2129084747345199_749369031764475904_n.jpg?_nc_cat=105&_nc_ht=scontent-amt2-1.xx&oh=4871c5d3b3910d09c23fee91287dcb9c&oe=5D20CF3D

Vous aimerez aussi...